Annie Gaudreau, membre du comité de sauvegarde du CHSLD Horace-Boivin, qualifie de «déroutante» la décision prise par les élus concernant l’appui à Santé Courville.

CHSLD: des remous à Waterloo

La récente décision des élus municipaux de Waterloo d’appuyer le projet de Santé Courville, concernant les places en CHSLD, a fait vivement réagir des membres du comité de sauvegarde du centre d’hébergement Horace-Boivin, sauvé in extremis d’une fermeture après une vaste mobilisation.

Une décision qui a fait bondir Annie Gaudreau, qu’elle qualifie de « déroutante ». « Je ne sais pas à quoi on joue du côté de la Ville. [...] Les élus sont entre l’arbre et l’écorce. Je n’aimerais pas être dans leur position actuellement. Ils devront vivre avec leurs décisions. [...] Ça envoie un drôle de message à la population et au gouvernement. »

Notons que la construction du nouveau centre d’hébergement de Granby devait entraîner la fermeture du CHSLD Horace-Boivin, jugé trop vétuste pour une mise à niveau. Cette décision a engendré une vaste levée de boucliers dans la région. Après des mois de tractations, le ministre de la Santé Gaétan Barrette a confirmé le 26 janvier que le futur CHSLD disposera de 176 places, plutôt que 198. Il a également annoncé le maintien de 22 des 43 lits de soins de longue durée à Horace-Boivin, ce qui nécessitera des travaux de l’ordre de 4,8 M$. Les 21 places restantes iront à Granby.

La Ville appuie Santé Courville
« Le Conseil municipal appuie Santé Courville dans sa démarche auprès du CIUSSS de l’Estrie afin d’obtenir des places supplémentaires en soins de longue durée », stipule la résolution, adoptée à l’unanimité mardi par les élus de Waterloo. Le libellé de la décision fait également le parallèle avec la récente annonce de Québec. « Le CHSLD Horace-Boivin, suite à l’entente intervenue avec le ministère de la Santé, se verra privé d’une vingtaine de lits afin de se mettre aux normes. [...] Le Conseil juge qu’il serait opportun de conserver ces bénéficiaires à Waterloo et que, pour ce faire, l’ajout de places chez Santé Courville s’avérerait être une solution logique et humaine pour les résidents. »

Pourquoi la municipalité prend-elle position si longtemps après le dévoilement de la décision du ministre Barrette dans l’affaire ? « On veut quand même appuyer les demandes de M. Courville », a indiqué le maire de Waterloo, Jean-Marie Lachapelle, précisant qu’il ne s’agit pas là d’une manœuvre contre le projet de centre d’hébergement à Granby. Pas plus que la Ville ne souhaite la fermeture d’Horace-Boivin, a-t-il fait valoir.

De son côté, le propriétaire du centre d’hébergement Santé Courville a réitéré en entrevue vendredi que son projet, qu’il dit avoir soumis récemment au ministère de la Santé, consiste à transférer les 22 lits du CHSLD Horace-Boivin dans une nouvelle aile de son établissement, dont il acquitterait toute la facture. On parle donc de maintien et non d’ajout de places à Waterloo. « On veut avoir l’autorisation pour [rapatrier] les 22 lits chez nous, a fait valoir Kenneth Courville. [...] Avoir une installation de 22 lits avec une rénovation d’une bâtisse qui date de 1965, ce n’est pas logique. Ça va contre les standards du Ministère. » Rappelons qu’il ne s’agit pas de la première proposition de l’homme d’affaires. En novembre dernier, La Voix de l’Est avait dévoilé que Santé Courville projetait accroître la superficie du CHSLD pour y ajouter 11 lits, advenant la fermeture d’Horace-Boivin, situé juste en face. La construction d’un établissement de 32 places de type « ressource intermédiaire » — accueillant des personnes âgées en perte d’autonomie légère à moyenne — était aussi dans les cartons. Le budget global du projet, estimé à 7 M$, devait être assumé par l’organisation.

Statu quo
Du côté du CIUSSS de l’Estrie, on garde le cap avec l’annonce du ministre Barrette. « Il y a eu un appel d’offres lancé à 176 lits. Puis, on a des fonds pour mettre à niveau le CHSLD Horace-Boivin. On va de l’avant avec la décision prise en janvier », a indiqué Olivier Lemieux-Girard, adjoint à la présidente-directrice générale et aux affaires publiques du CIUSSS de l’Estrie. Même son de cloche en ce qui concerne le ministère de la Santé, qui a précisé ne pas avoir « reçu de projet formel de la part du Centre Santé Courville », a indiqué par courriel Marie-Claude Lacasse, du service des affaires publiques pour l’organisation.