La réfection de la route 139 entre Lac-Brome et Sutton n’est toujours pas terminée. Moins de deux mois après le début des travaux, les cônes et la machinerie ont été retirés. Le chantier reprendra au printemps, ce qui met en colère les automobilistes qui empruntent cette route régulièrement.

Chantier de la route 139 suspendu : des citoyens en colère contre le MTQ

Le 26 septembre marquait le début d’importants travaux de réfection sur la route 139, entre Sutton et Lac-Brome, secteur West-Brome. Ils devaient se terminer un mois plus tard. Si les cônes et la machinerie ont été retirés pour l’hiver, le chantier est cependant loin d’être terminé, ce qui met en rogne les automobilistes qui empruntent régulièrement ce lien routier.

« Ils ont enlevé la couche d’asphalte au complet et ça a pris au moins deux semaines avant qu’ils commencent à faire la nouvelle asphalte, remarque Nicole Brouillette, qui habite sur la route 139. Ils sont arrivés en face de chez moi et ils ont juste rapiécé le tablier. Et il faisait beau, pourtant. Quelques petits bouts ont été faits où c’était le plus défoncé. Je viens de passer il y a trente minutes et il y avait de nouveaux trous. »

Mme Brouillette, comme plusieurs autres citoyens, s’est entretenue avec La Voix de l’Est samedi. Elle se souvient que durant une période de quatre jours, aucuns travaux n’ont été réalisés sur ce tronçon de 8,8 km, alors que le beau temps était au rendez-vous.

« C’est assez inconcevable que la réfection d’une route prenne plus de deux mois, commente pour sa part Marie Ferdais. Sans compter qu’ils ont commencé les travaux au printemps dernier pour réparer les ponceaux. La chaussée était en très très mauvais état depuis des années. »

Elle affirme elle aussi que, durant plusieurs journées, rien ne se passait sur la route. « Plus la saison avançait, moins il y avait de travaux. Pendant trois ou quatre semaines, il n’y a pratiquement rien eu, sauf du comblement de trous. Même les belles journées, il n’y avait rien qui se passait. »

« Je n’en reviens pas qu’avec les moyens qu’on a, on ne soit pas capable de finir, critique pour sa part Christian Brochu, ancien camionneur qui travaille encore aujourd’hui beaucoup sur la route. J’ai jamais vu un procédé aussi complexe qu’au Québec. Je ne comprends pas leur logistique. J’ai vu bien des places où ils refaisaient de l’asphalte tout en grattant en même temps. J’ai l’impression que le gars avait trois ou quatre chantiers en même temps, qu’il en avait trop sur les épaules et n’a pas été capable de gérer ses mandats. »

Tourisme

Le nombre de citoyens augmente en hiver à Sutton avec les amateurs de sports d’hiver. Il y a ceux qui louent des condos ou chalets, mais il y a aussi les touristes sportifs qui viennent à la journée.

Marie Ferdais et Nicole Brouillette s’inquiètent pour la santé du tourisme avec un accès routier pavé de nids-de-poule pour se rendre à Sutton.

« On vit beaucoup avec le tourisme. Si on vient visiter Sutton et qu’il y a plein de trous, ce n’est pas intéressant de revenir après. Il y a eu plein de crevaisons », selon Mme Ferdais.

« Ça va être l’enfer, renchérit Mme Brouillette. J’ai peur aussi, c’est dangereux ! Les gens d’un sens comme de l’autre évitent les trous, ils se tassent ! C’est vraiment pas sécuritaire. »

Le maire de Sutton assure qu’il fera un suivi serré du dossier dans les prochains mois. « C’est la sécurité qui prime pour nous. On est responsable du déneigement et si on voit des situations qui se développent et qui sont dangereuses, on n’hésitera pas à communiquer avec le MTQ pour la sécurité de nos citoyens et des touristes. Ils avaient probablement d’autres priorités dans le réseau routier. Ils ont commencé tard. On va s’assurer qu’ils ne nous oublient pas dans leurs priorités. »

La Ville de Sutton a réservé un montant d’environ 68 000 $ pour que la route 139 soit élargie suffisamment pour avoir une bande cyclable. Pour l’instant, l’administration municipale n’a pas eu à déverser un sou puisqu’il faut que les travaux soient terminés à la convenance de la Ville.

Lac-Brome avait aussi prévu une somme de 32 000 $ pour l’élargissement de la route, l’an dernier, alors qu’une partie de la route 139 vers West Brome, à partir de la route 104, avait fait l’objet d’une réfection. Les travaux avaient aussi débuté à l’automne 2017... et ne sont toujours pas terminés. « La deuxième couche n’est pas terminée », précise le maire Richard Burcombe.

La pluie en cause

Plusieurs citoyens ont communiqué avec le MTQ pour connaître l’état de la situation. On leur a répondu que les travaux étaient suspendus jusqu’au printemps et que le facteur météorologique était le responsable. La date butoir pour la pose d’enrobé, selon le site web du ministère, est le 9 novembre dans le sud du Québec.

« Tout ce que j’ai su comme information, c’est que c’est à cause des intempéries qu’ils n’ont pas pu terminer les travaux, indique la députée de Brome-Missisquoi Isabelle Charest, qui s’est informée vendredi. La partie rugueuse sera couverte d’une couche d’asphalte pour l’hiver », dès qu’une fenêtre de beau temps se présentera.

« L’information que j’ai eue c’est que la moitié des travaux avaient été complétés », ajoute François Bonnardel, ministre des Transports. Il n’en savait cependant pas plus sur le dossier pour le moment.

Selon nos informations, 3 des 8,8 km ont été complétés à l’entrée du village de Sutton.

Le reste de la route en chantier est parsemé de nids-de-poule ou de réparations sommaires des trous, parfois larges et profonds. « Ça va durer un mois, prédit Christian Brochu. C’est tellement éphémère que le gel dégel fait décoller le “correctif”. L’asphalte est tellement vulnérable que le tablier va se défaire en morceau. Il y a une urgence à procéder s’ils veulent économiser. C’est de l’argent dilapidé », se désole-t-il.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, assure qu’il posera davantage de questions aux fonctionnaires du MTQ lundi, et Isabelle Charest affirme qu’elle gardera un œil sur ce dossier.