La députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, entrevoit recourir au pouvoir discrétionnaire de la ministre de la Santé, Danielle McCann, pour faire débloquer le dossier de la pénurie de médecins à Saint-Pie.

Chantal Soucy veut plus de médecins à Saint-Pie

La députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, estime qu’il est insensé qu’une population comme celle de Saint-Pie soit desservie par un seul médecin. C’est le cas depuis près de deux ans, alors que la municipalité a perdu deux de ses trois médecins. Comme le Cabinet des ministres du gouvernement de la Coalition avenir Québec est désormais formé, la députée compte accentuer les démarches pour faire débloquer le dossier.

Chantal Soucy est catégorique: Saint-Pie, avec une population d’un peu moins de 6000 habitants, doit avoir de nouveaux médecins. «Le transport en commun est inexistant là-bas et une partie des citoyens est âgée, alors l’accès à un médecin devient un service de proximité extrêmement important», a-t-elle indiqué.

Le maire de Saint-Pie, Mario St-Pierre, tente de stopper l’hémorragie engendrée par la succession des départs de médecins, ayant laissé un trou béant dans la prise en charge de patients. De fait, le Dr Pierre Milette est récemment retraité et le Dr Stéphane Poulin a quitté pour pratiquer au privé à Saint-Hyacinthe.

Ainsi, seul le Dr Jacques Desroches demeure en poste à la clinique Santé plus, affilié au GMF Maska. Or, selon M. St-Pierre, ce dernier «parle de retraite» également. «On a déjà des centaines de patients orphelins depuis le départ des deux autres médecins, a-t-il mentionné, sans être en mesure de préciser le nombre. Il ne faut pas attendre de se retrouver dans le mur avant d’agir. Il nous faut au moins un nouveau médecin, ça presse.»

En mode action

Le maire de Saint-Pie souhaite une plus grande sensibilité de Québec envers la réalité des milieux ruraux. «C’est connu, les médecins se dirigent le plus souvent dans les grands centres. On souhaite que le gouvernement mette des incitatifs pour que les médecins viennent en milieu rural.»

De son côté, la députée caquiste veut avoir l’heure juste concernant la répartition des postes chez les omnipraticiens. «Je vais voir avec la PDG du CIUSSS de la Montérégie Est [Louise Potvin] la façon dont ils attribuent les postes de médecins et pourquoi il n’y en a pas à Saint-Pie.» Elle entrevoit même avoir recours à la nouvelle ministre de la Santé, Danielle McCann, pour faire avancer le dossier. «Quand on est au gouvernement, on peut demander des comptes à rendre beaucoup plus facilement. [La] ministre [de la Santé] a le pouvoir discrétionnaire de demander à ce que des postes de médecins soient ouverts à des endroits spécifiques», a-t-elle fait valoir.

Mario St-Pierre dit pour sa part «être sur une piste» qui pourrait permettre de dénouer l’impasse, refusant toutefois d’en préciser la teneur. «Je ne veux pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué», a-t-il imagé.