Jocelyn Lemoine (à droite) quittera ses fonctions de directeur général le 11 février pour laisser la place à Christine Plante.

Changement de garde au Palace de Granby

L’heure de la retraite officielle n’a pas encore sonné pour Jocelyn Lemoine, mais ce dernier cédera la direction générale du Palace de Granby à son adjointe Christine Plante à partir du 11 février.

« Je vais avoir 65 ans et ça fait trois ans que j’en parle. On a clarifié la situation de mon remplacement l’an dernier avec le conseil d’administration. Ce qui se passe aujourd’hui, c’est que Christine prendra le poste la semaine prochaine et que j’assurerai la transition jusqu’à la fin mars. Mais à partir de là, je continuerai à m’occuper de la comptabilité du Palace durant une année ou deux à raison d’une vingtaine d’heures par semaine », explique M. Lemoine.

C’est bien peu pour un homme qui n’a jamais compté son temps. Il n’est pas rare de voir l’homme au bureau alors que le reste du monde dort à poings fermés.

« Je ne me suis jamais plaint du nombre d’heures que je faisais. J’aime ça et je ne compte pas. Je ne ferme jamais ma porte, alors je fais les tâches administratives le plus tôt possible pour avoir ensuite du temps pour les gens », explique celui qui se limite volontairement à quelques journées ponctuelles de vacances, sans plus.

À l’heure des bilans, on devine donc qu’il s’est beaucoup plu depuis son arrivée au Palace en 1985.

« Je suis d’abord un administrateur et j’adore ça. Mais j’adore aussi le risque et les nouveautés qu’on retrouve dans le milieu du spectacle. J’aime le contact avec les producteurs, les artistes — que je côtoie moins cependant — et le public. J’ai toujours été un gars de terrain qui essayait de trouver la solution pour satisfaire tout le monde. J’aimais être avec le monde. Il ne faut pas oublier qu’une salle de spectacle, c’est un milieu où on trouve 98 % de bonheur et de rêve. »

Son plus beau spectacle ? Difficile à dire, car malgré sa présence assidue au Palace, il avoue ne pas avoir été un spectateur assidu. Il pouvait compter sur son personnel pour que tout aille rondement. « Une de mes grandes qualités, c’est que je peux déléguer. »

35 ans

Natif de Sorel et diplômé en récréologie, Jocelyn Lemoine était directeur des loisirs d’Amos avant d’être embauché au Palace. En 35 ans, il s’en est passé des choses. Parmi ses meilleures réalisations, il mentionne sans hésiter la création de la billetterie Ovation, dont le Palace est actionnaire. « C’était risqué, mais ç’a rapporté. Aujourd’hui, c’est une bonne source de revenus. »

Mais qui dit risque, dit parfois manque de rentabilité. Naturellement, ce ne sont pas tous les spectacles qui se sont soldés par des excédents de revenus. « On ne peut pas faire de l’argent chaque fois », constate-t-il.

Parmi ses bons coups, il se réjouit également d’avoir créé une atmosphère de travail intéressante et d’avoir choisi des collaborateurs de qualité. « Ce sont des employés dévoués qu’on garde longtemps. Et ils sont surtout très compétents. Je me sens bien de quitter la direction générale, car tout le monde sait ce qu’il a à faire. »

À commencer par Christine Plante, son bras droit depuis nombre d’années. M. Lemoine insiste cependant sur la rigueur du processus de sélection qu’elle a traversé avant d’obtenir le poste. « Il y a eu un affichage à l’interne, mais je ne voulais pas intervenir dans les démarches », dit-il. La tâche a été confiée à un comité de sélection composé de représentants de la Ville de Granby et du conseil d’administration du Palace.

« En l’embauchant comme adjointe, on ne savait pas qu’elle deviendrait un jour directrice générale, mais je trouvais qu’elle était capable de faire le travail. Elle est aimée du personnel, des producteurs et des diffuseurs. C’est une personne extrêmement structurée. »

Tout est donc en place pour un départ en douceur et en continuité, croit le gestionnaire.

Invité à résumer les trois dernières décennies, il prend quelques secondes de réflexion : « Il y a eu du bonheur et beaucoup d’amitié. Et ç’a passé tellement vite ! »

Jocelyn Lemoine profitera de ces nouveaux temps libres pour prendre soin de sa mère malade et s’offrir de bons moments avec Sandra, sa conjointe de longue date. « On va s’occuper de nous un peu ! »

Natif de Sorel et diplômé en récréologie, Jocelyn Lemoine était directeur des loisirs d’Amos avant d’être embauché au Palace. En 35 ans, il s’en est passé des choses. Parmi ses meilleures réalisations, il mentionne sans hésiter la création de la billetterie Ovation, dont le Palace est actionnaire.

+

«J'AI GRAVI LES ÉCHELONS UN À UN»

« C’est presque comme un film. » Christine Plante était encore adolescente quand elle a joint l’équipe du Palace de Granby en 1989. Placière, préposée à la billetterie, gérante... Elle y a occupé tous les postes, sauf les emplois techniques, même durant ses études universitaires en communications. « J’ai gravi les échelons un à un », dit-elle.

À 46 ans, elle s’apprête donc à prendre les rênes du Palace avec une belle assurance. Selon elle, son expérience des dix dernières années lui facilitera la vie.

« J’ai été impliquée dans la programmation et l’administration. J’ai aussi pu côtoyer les diffuseurs et les producteurs avec qui j’ai développé de bonnes relations. J’ai un bon réseau », explique la dame, en saluant la confiance que Jocelyn Lemoine lui a accordée.

Christine Plante est bien consciente qu’en lui succédant, elle aura de grands souliers à chausser. « C’est une sommité au Québec dans le domaine de la diffusion. J’ai beaucoup appris de lui. »

Elle affirme d’ailleurs vouloir assurer la continuité, mais en apportant à l’organisme un nouveau souffle. Sous sa gouverne, on risque de voir le Palace prendre encore plus de place dans le paysage granbyen.

« Je veux que ça reste dynamique, accessible. Je souhaite que le Palace soit engagé dans sa communauté, qu’il tisse des partenariats dans le milieu. Et puis, il y a tellement de talent à Granby, j’aimerais encourager davantage la culture d’ici. C’est notre mandat en tant que diffuseur majeur. »

Elle constate par ailleurs que l’univers de la diffusion de spectacles a beaucoup évolué depuis cinq ans. Cette nouvelle réalité, tant dans l’offre de spectacles que dans la façon de les consommer, devra influer sur les orientations du Palace. « Jocelyn a su maintenir une excellente situation financière, mais il va falloir s’adapter », ajoute-t-elle, heureuse de pouvoir compter sur une solide équipe pour amorcer cette nouvelle aventure.

Avec ses collègues, Christine Plante se prépare notamment à vivre le « défi majeur de son entrée en poste », soit la rénovation du Palace prévue pour 2021. « On veut dynamiser le lieu, notamment avec une salle à géométrie variable. Il faudra être créatif dans ce dossier. C’est stimulant. » ISABEL AUTHIER