Au centre commercial Fleur de Lys, Sears occupe une superficie de 187 000 pi2, soit le local le plus imposant de l’établissement. La bannière était propriétaire de sa section du bâtiment depuis 1963.
Au centre commercial Fleur de Lys, Sears occupe une superficie de 187 000 pi2, soit le local le plus imposant de l’établissement. La bannière était propriétaire de sa section du bâtiment depuis 1963.

C'est la fin pour Sears

Jean-Michel Genois Gagnon
Jean-Michel Genois Gagnon
Le Soleil
C’est la fin pour Sears Canada. Incapable de remonter la pente, l’entreprise fermera finalement tous ses magasins au pays. Près de 430 travailleurs se retrouveront au chômage dans la grande région de Québec.

Le détaillant, jadis une icône du commerce de détail, a annoncé par communiqué mardi qu’il entend demander à la Cour supérieure de justice de l’Ontario d’approuver la liquidation de l’ensemble de ses magasins et actifs restants. La société indique ne pas avoir reçu de proposition viable d’acheteur permettant la continuité de ses activités. La Cour devrait entendre la requête le 13 octobre 2017. 

«D’ici à l’obtention de l’approbation de la Cour, l’on prévoit commencer les ventes de liquidation aux emplacements de détail au plus tôt le 19 octobre, et ces ventes devraient durer de 10 à 14 semaines. D’autres détails au sujet de la liquidation seront communiqués en temps et lieu», précise la compagnie dans sa missive, souhaitant profiter de l’achalandage des Fêtes pour récupérer de l’argent. 

«La Société regrette sincèrement cette issue prochaine, tout comme les emplois qui seront perdus et la fermeture des magasins», souligne-t-elle. Ce sont près de 12 000 travailleurs qui seront touchés par cette fermeture. Selon nos informations, les employés ont appris la mauvaise nouvelle en avant-midi, mardi.

La semaine dernière, Sears avait reçu une offre d’achat révisée présentée par un groupe d’acheteurs dirigé par son ancien président exécutif Brandon Stranzl. Un avocat du contrôleur nommé par la cour avait alors indiqué que Sears Canada étudierait l’offre, mais que l’entreprise commençait à manquer de temps et d’argent pour prendre une décision.

En juin dernier, Sears Canada (TSX:SCC) s’était placé à l’abri de ses créanciers avec l’objectif de présenter un plan de restructuration. Le détaillant avait alors annoncé la fermeture de 59 magasins au Canada. Une mesure qui s’était traduite par l’abolition de plus de 2900 postes. Dans la région de Québec, les deux magasins Sears Décor, à Sainte-Foy et à Lebourgneuf, ont depuis fermé boutique. 

Au cours des dernières semaines, le couperet a continué de tomber. La compagnie a annoncé la fermeture d’une dizaine d’autres succursales au Québec et la vente de sa filiale Corbeil Électroménagers à Am-Cam Électroménagers. Rappelons que la fermeture de magasins avait soulevé la grogne de certains employés qui n’ont pas eu droit à leur indemnité de départ.

Quatre magasins à Québec

Dans la capitale, Sears Canada détient actuellement quatre grands magasins, soit aux Galeries de la Capitale, à Fleur de Lys, à Laurier Québec et aux Galeries Chagnon. «La majorité des employés touchés travaillaient à temps partiel», précise par courriel le porte-parole de la compagnie, Vincent Power. 

Depuis plusieurs années, le détaillant tentait de retrouver le chemin de la santé financière. En 2015, l’entreprise avait réduit ses dépenses de 125 millions $. Et la cure minceur s’était poursuivie en 2016. Afin de renflouer ses coffres, le géant du commerce de détail, à l’image de ses concurrents comme Walmart avec le déploiement de ses supercentres, avait même annoncé faire le saut dans le secteur de l’alimentation pour attirer davantage de clients.

En juin dernier, lors du dévoilement des résultats financiers, la direction de Sears Canada avait confié avoir «un doute important sur la capacité de la société à poursuivre son exploitation». L’entreprise avait indiqué être incapable d’emprunter les 175 millions $ nécessaires pour sa survie. Elle ne pouvait obtenir que 109 millions $.

Perte de 144,4 M$

Lors du dévoilement de son dernier rapport trimestriel, Sears Canada a encaissé une perte nette de 144,4 millions $ ou 1,42 $ par action, comparativement à une perte de 63,6 millions $ ou 62 ¢ par action l’an dernier. Les revenus se sont élevés à 505,5 millions $, soit une baisse de 15,2 % par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent (595,9 millions $). Depuis 2012, elle a enregistré des pertes d’exploitation combinées de 10,5 milliards $.

Avant d’entreprendre son plan de restructuration, l’entreprise fondée en 1952 comptait près de 16 000 travailleurs, dont 3000 au Québec. Mardi, la société détenait toujours environ 130 magasins.

Pour le centre commercial de Fleur de Lys, le départ du détaillant sera un autre coup dur pour la direction. La Baie d’Hudson - qui occupait un espace de 106 000 pieds carrés - a fermé ses portes en septembre. Sears occupe une superficie de 187 000 pi2, soit le local le plus imposant de l’établissement. La bannière était propriétaire de sa section du bâtiment depuis 1963.  Avec la Presse Canadienne