Le nouveau protocole d’entente pour la réalisation des prochaines phases du projet domiciliaire du Cercle des Cantons est sur le point d’être signé entre le promoteur, Groupe Lobato, et la Ville de Bromont.

Cercle des Cantons: un nouveau protocole plus strict sera signé

La phase 5 du projet domiciliaire du Cercle des Cantons fait un pas de l’avant. Le conseil municipal de Bromont a adopté, lundi, une résolution permettant au service de l’urbanisme de signer le nouveau protocole d’entente avec le promoteur, José Lobato, ce qui sera fait dans les prochains jours.

Ce nouveau protocole d’entente sera beaucoup plus strict que le précédent, conclut en 2006 avec le premier promoteur du quartier. Le protocole a pu être renégocié puisque le Groupe Lobato, qui s’est porté acquéreur des terrains vacants il y a quelques années, souhaitait diversifier son offre dans les prochaines phases du projet et sortait, par le fait même, du cadre de l’ancienne entente.

« S’il avait dit qu’il faisait exactement ce qui était prévu dans le premier protocole d’entente signé avec Médican [NDLR: l’initiateur du projet du Cercle des Cantons], on aurait donné un permis parce que la Ville s’était engagée à le faire [à l’époque], a expliqué le maire Louis Villeneuve en entrevue. Là, il est venu nous voir en disant que des grosses bâtisses comme [dans les premières phases], on ne peut pas vendre ça. Nous, ça nous a donné l’occasion de changer les choses. Vous voulez changer quelque chose ? Ok, mais ça va se faire à nos conditions. »

La Ville de Bromont a donc profité de l’occasion pour augmenter les normes de protection de l’environnement. Un minimum de 50% du couvert forestier devra être conservé sur chaque lot. Un plan de déboisement et de protection des arbres pour chaque lot, réalisé par un ingénieur, devra être aussi soumis pour l’obtention d’un permis. « On va l’analyser à l’interne et, si ça fait notre affaire, nous allons engager un ingénieur forestier qu’il va payer et il va lui souffler dans le cou tout au long du déboisement pour s’assurer qu’il ne coupera pas un arbre qui n’a pas à être coupé»,a assuré le maire Villeneuve.

Le déboisement devra se faire un terrain à la fois et les maisons de ville devront être complétées avant l’émission du prochain permis de déboisement, ajoute Louis Villeneuve.

Une dizaine d’immeubles de quatre maisons de ville sont projetés dans la phase 5 du Cercle des Cantons.

Un dépôt de garantie de 5000 $ par bâtiment sera nécessaire. Si le plan de déboisement n’est pas respecté, une amende minimale de 5000 $, assortie de 100 à 200 $ par arbre abattu, sera remise au promoteur.

Une étape cruciale
José Lobato ne s’y oppose pas et mentionne que le protocole sera signé bientôt. Cette étape est cruciale pour faire les demandes de permis et aller de l’avant.

« C’est un protocole qui a été négocié, a-t-il indiqué à La Voix de l’Est. [Les gens de la Ville] nous ont quand même imposé des choses. Ce que [la Ville] a dit à l’assemblée publique au printemps, qu’elle surveillerait très bien la construction de ces phases-là. Elle l’a très bien reflété dans le protocole d’entente. Les gens cherchaient une certaine sécurité et je pense que le maire et son conseil leur ont donné cette sécurité avec le protocole. »

Il se promet d’être vigilant pour que les résidents du quartier soient satisfaits de la nouvelle phase, qui viendra diversifier l’offre d’habitation.

« Ça prend une variété de produits et c’est ce qu’on a présenté avec les phases 5 à 9. Ça va faire en sorte que ça va accélérer le développement. »

La phase 5 comprend une dizaine d’immeubles de quatre maisons de ville.