Le projet du Cercle des Cantons à Bromont continue de susciter de vives inquiétudes chez des résidents du secteur.

Cercle des cantons à Bromont: des résidents réclament une consultation publique

Le projet domiciliaire du Cercle des Cantons continue de soulever de vives inquiétudes chez de nombreuses personnes qui habitent dans le secteur. Une récente rencontre entre le promoteur, Groupe Lobato, et des propriétaires de résidences de phases antérieures ont plutôt attisé leurs questionnements. Ils demandent une consultation publique sur le sujet. En ce sens, une lettre des citoyens sera déposée officiellement lors de la séance du conseil, lundi.
Le déboisement fait par le passé et envisagé par le promoteur, jugé trop intensif, voire abusif, par des copropriétaires d'unités du complexe domiciliaire, est toujours au coeur du litige. « Les deux premières phases du projet ont été bien faites. Avec les phases trois et quatre, le couvert forestier a été détruit complètement. Donc, on ne veut pas que le Groupe Lobato continue avec cette approche », indique Jean Crépeau, président du conseil d'administration de la phase initiale du Cercle des Cantons.
De nombreux résidents du Cercle des Cantons avaient évoqué, lors de la séance ordinaire du conseil de juillet, la nécessité de tenir une rencontre avec la Ville et le promoteur pour remettre les pendules à l'heure. 
En entrevue à La Voix de l'Est, l'homme d'affaires José Lobato s'était dit ouvert à discuter du dossier avec les copropriétaires. Il a d'ailleurs pris l'initiative en organisant une rencontre avec eux le 20 septembre. 
« C'était la première fois en trois ans que [M. Lobato] daignait nous rencontrer. Il était temps, lance M. Crépeau. Mais ce n'était pas vraiment un échange. Il voulait plutôt nous présenter les modifications à la phase 5. Mais c'était plutôt cosmétique. Selon nous, ce n'est pas suffisant. Il y a trop d'étalement et de déboisement. »
Rappelons que les élus ont rejeté, lors de la séance du conseil du 5 juin, la demande de modification du projet déposé par le promoteur. « Selon un des critères du PIIA (NDLR : Programme d'implantation et d'intégration architecturale), les bâtiments devraient être implantés en respectant les constructions voisines tout en favorisant un dégagement à son pourtour pour le maintien du couvert boisé. [...] L'implantation devrait être réfléchie en fonction de la protection des paysages, du maintien de la topographie naturelle et de la qualité de l'environnement (conservation du couvert boisé). »
Urgence d'agir
Selon M. Crépeau, une consultation publique est incontournable. « On doit mettre les freins parce que le promoteur semble vouloir aller vite pour avoir l'accord de la Ville », mentionne-t-il.
Suzanne Perreault, copropriétaire et membre du comité de surveillance du projet, abonde dans le même sens. « Malgré nos interventions et questionnements, il est clair pour nous que le projet présenté n'offre aucune modification majeure au plan précédemment présenté à la Ville, fait-elle valoir. À part cette présentation, nous n'avons toujours pas eu accès aux détails du projet. De plus, le promoteur nous a fait part de son intention de faire approuver son plan d'implantation avant les prochaines élections. »
Mme Perreault invite les citoyens de Bromont à se mobiliser dans le dossier. « Nous sommes convaincus que l'impact de ce nouveau développement ne concerne pas uniquement les résidents et copropriétaires du Cercle des Cantons, mais également toute la population de Bromont qui, lors de la consultation publique [antérieure], s'est prononcée pour la sauvegarde des paysages et espaces naturels de notre ville verte. »