Alain Lacasse et Fanny-Ysa Breton de Commerce tourisme Granby région ont dévoilé le plan de dynamisation du centre-ville pour la période estivale.
Alain Lacasse et Fanny-Ysa Breton de Commerce tourisme Granby région ont dévoilé le plan de dynamisation du centre-ville pour la période estivale.

Centre-ville de Granby: davantage de place pour les commerçants et restaurateurs

Le centre-ville de Granby changera d’allure durant la période estivale. Quatre zones publiques seront aménagées le long de la rue Principale alors que  les commerçants et restaurateurs pourront aussi occuper davantage d’espace à l’extérieur.

«On va s’amuser avec le centre-ville, on va le colorer. On va en mettre plein la vue aux citoyens et aux clients qui vont le visiter», a lancé lundi le président de Commerce Tourisme Granby région (CTGR) et conseiller municipal, Alain Lacasse.

CTGR a dévoilé à l’occasion d’une conférence de presse son plan de dynamisation du centre-ville, en cette période de pandémie.

Ce plan permettra notamment aux restaurateurs qui le souhaitent d’utiliser jusqu’à la mi-octobre une case de stationnement devant leur commerce pour y installer une terrasse, un BBQ ou une cuisine extérieure. Ils pourront aussi profiter de l’espace entre leur commerce et le trottoir pour y mettre des chaises et des tables.

Les propriétaires de boutiques pourront également occuper une case de stationnement à l’avant de leur commerce pour vendre ou faire connaître leurs produits et services.

Des aménagements sécuritaires seront réalisés à cet effet, a souligné Fanny-Ysa Breton, codirectrice générale et responsable du développement commercial à CTGR.

«On y va en fonction des besoins de chacun. On ne veut pas imposer la même chose à tout le monde. Le fait de ne pas fermer la rue nous permet de faire du cas par cas. Cet été, ça va être un beau terrain de jeu. On va avoir la chance d’essayer des choses. Avec la revitalisation qui s’en vient, on va dans cette direction», dit Mme Breton.

Celle-ci affirme que CTGR a sondé les commerçants au cours des dernières semaines. L’option de rendre piétonne la rue Principale ne faisait pas l’unanimité, car elle pouvait aussi avoir pour effet de restreindre l’accès aux commerces et services.

Espaces éphémères

Autre initiative mise en place: quatre espaces publics éphémères seront aménagés le long de la rue Principale au cours des prochaines semaines. Ils se déploieront à l’église St-George, au centre Notre-Dame, au parc Miner et au parc René-Lévesque, situé près du palais de justice.

Il pourrait par exemple être possible de s’installer à une de ces places pour déguster un repas pour emporter d’un restaurateur local.

«On veut créer des aménagements avec des tables à pique-nique, rendre le tout coloré. On veut créer des ambiances, autant de jour que de soir. (...) Les places vont prendre vie au cours du mois de juillet», affirme Fanny-Ysa Breton.

Cette dernière précise qu’un des objectifs visés est que le processus soit simple pour les commerçants et restaurateurs. Il n’est pas nécessaire de demander un permis municipal. CTGR est par ailleurs prêt à offrir un accompagnement.

«Il ne faut pas avoir peur des mots. Je pense que la COVID va permettre de décoincer les villes au niveau de leur réglementation. On a trop encadré les commerçants et les façons de faire. Je pense qu’on va revenir à une façon plus souple de faire du commerce. Il y a des points positifs (à la crise sanitaire)», estime pour sa part le maire, Pascal Bonin.

Ces mesures s’ajoutent au feu vert donné le mois dernier à l’agrandissement des terrasses temporaires sur l’ensemble du territoire de la Ville et à la gratuité du stationnement au centre-ville.

Présent à la conférence de presse, le copropriétaire du Louis’ Pub, Martin Laliberté, a dit ne voir que du positif à la possibilité de mettre plus de tables et de chaises à l’extérieur, alors que les règles de distanciation physique ont diminué la capacité d’accueil de son établissement de plus de 60%. Il envisage ajouter une terrasse temporaire dans les deux espaces de stationnement que comptent les façades de son commerce.

La propriétaire de Caféine & Co, Michèle Nolin, souhaite conserver sa case de stationnement, mais elle pourrait aménager une terrasse extérieure à l’avant de son commerce de la rue Principale. «Je pense que tout le monde a besoin de voir de la vie un peu partout, tout en gardant la distance», dit-elle.