Le projet de centre sportif multifonctionnel en est à ses premiers balbutiements. Aucun échéancier précis n’a été déterminé pour sa réalisation, précise le directeur adjoint de la Ville, Gabriel Bruneau.
Le projet de centre sportif multifonctionnel en est à ses premiers balbutiements. Aucun échéancier précis n’a été déterminé pour sa réalisation, précise le directeur adjoint de la Ville, Gabriel Bruneau.

Centre sportif multifonctionnel à Granby: des mandats pour lancer le projet

Le projet de centre sportif multifonctionnel, évoqué dans la planification stratégique de la Ville de Granby, est appelé à prendre forme. Deux mandats de services professionnels ont été accordés afin de définir les besoins et déposer une demande de subvention.

« Ces deux mandats visent à mieux définir et cerner les besoins associés à ce centre-là », a fait valoir le directeur général adjoint de la Ville, Gabriel Bruneau.

Le Groupe-Conseil Génipur de Candiac a obtenu le mandat de services professionnels d’ingénierie, au coût de 94 854 $, au terme d’un appel d’offres sur invitation auquel il a été le seul à déposer une soumission.

Un contrat a également été accordé à Favreau Blais associés architectes pour des services professionnels en architecture, au coût de 51 738 $. L’architecte Caroline Denommée avait aussi été invitée à soumissionner.

Fait inusité: les deux firmes granbyennes ont déposé une soumission avec le même prix, au sou près.

Dans les circonstances, un tirage au sort a dû être effectué parmi les deux soumissionnaires pour déterminer l’adjudicataire du contrat. Le sort a favorisé Favreau Blais associés architectes.

« C’est plutôt rare de voir ça », s’étonne encore Gabriel Bruneau. La situation peut toutefois s’expliquer par le fait que les deux firmes ont utilisé le même taux horaire, avance-t-il.

Une situation similaire s’est aussi produite l’an dernier à la Ville de Granby avec un contrat pour des travaux de peinture sur demande.

Balbutiements

Le directeur général adjoint de la Ville souligne que le projet de centre sportif multifonctionnel en est à ses premiers balbutiements. Pour l’heure, aucun échéancier ni aucun site ne sont précisés pour sa réalisation.

Cela s’inscrit dans le cadre de la planification stratégique de la Ville réalisée en 2018. Huit projets porteurs, incluant le centre sportif, et six aspirations, dont celle d’être une communauté en santé, ont été identifiés.

Les deux mandats professionnels accordés permettront de réaliser un programme fonctionnel et technique (PFT), qui consiste essentiellement en une analyse préliminaire, mais « en plus pointue », explique Gabriel Bruneau.

« On vient définir les besoins de façon plus précise en matière d’architecture et d’ingénierie. Cela va permettre, au moment de la conception éventuelle du bâtiment, d’être mieux outillé et d’accélérer, si on veut, les étapes subséquentes », dit-il.

Outre la définition des besoins et de l’offre souhaitée, la réflexion visera aussi à déterminer l’emplacement idéal pour ce type d’infrastructure qui pourrait accueillir la pratique de différents sports de gymnase, ainsi que des salles multifonctionnelles.

« Il est trop tôt pour donner des détails sur l’un ou l’autre de ces volets parce qu’on est justement là-dedans », relève M. Bruneau.

Chose certaine, l’intérêt est présent dans la population pour ce type de centre sportif. Des demandes sont adressées de façon ponctuelle aux élus pour avoir accès à des plateaux sportifs. Les adeptes de pickleball et le club d’athlétisme Adrénaline, notamment, ont exprimé des besoins en la matière.

Subvention

Selon le DG adjoint, l’exercice permettra aussi à la Ville de déposer une demande de subvention dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives.

« On souhaite déposer une proposition à la fin du mois de février prochain. C’est pour ça qu’on octroie ces mandats-là dès maintenant. On va pouvoir avancer le dossier de façon assez rapide pour minimalement définir les besoins et être suffisamment concret pour être en mesure de déposer une candidature à de l’aide financière », dit-il.

Ces données permettront par ailleurs à l’administration municipale de soumettre le projet à une analyse budgétaire et, éventuellement, de l’inscrire dans un programme triennal d’immobilisation, souligne Gabriel Bruneau.