Le Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska a dévoilé les activités du 35e anniversaire de l’organisme, ainsi que son président d’honneur, monsieur Bruno Grondin, directeur du Service de police de Granby.

Centre de prévention du suicide: 35 ans d’écoute et de soutien

Les yeux remplis de fierté, Yves Bélanger a prononcé sa dernière conférence en tant que directeur général du Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska, jeudi, présentant les activités qui souligneront le 35e anniversaire de l’organisme.

Œuvrant auprès de la population depuis le 29 juin 1984, le Centre demeure toujours impliqué au niveau local et régional, en plus d’offrir de l’écoute et du soutien aux personnes suicidaires, à leurs proches et aux personnes endeuillées après le suicide d’un des leurs.

« C’est particulièrement important qu’on parle de prévention suicide dans des conditions positives, dans des événements constructifs, et qu’en même temps, on fasse connaître l’ensemble de nos services aux citoyens », a annoncé M. Bélanger, en préambule au dévoilement des activités, et en annonçant l’identité du président d’honneur, Bruno Grondin, directeur du Service de police de Granby.

« Je n’ai eu aucune réflexion, j’ai dit oui immédiatement. C’était naturel », mentionne-t-il.

« J’ai fait affaire avec plusieurs cas, plusieurs suicides et tentatives de suicide, et j’ai vu beaucoup de familles dans des situations de crise. Je suis un citoyen, je suis Granbyen d’origine, et les policiers, on est des humains, des gens de cœur. J’étais sensible à la cause. »

M. Grondin a poursuivi en mentionnant à quel point la santé mentale est un enjeu important au sein du Service de police, puisqu’en 2018, les problèmes de santé mentale ont nécessité 470 cas interventions, et qu’en 2019, à ce jour, ces statistiques ont augmenté de 12 %.

Les policiers ont notamment bénéficié d’une formation de l’École nationale de police, ainsi que de la part des intervenants du Centre de prévention du suicide, ce qui a renforcé leurs liens.

« Je vais être présent dans toutes les activités du 35e anniversaire », a annoncé fièrement le directeur du Service de police.

Activités

Esther Laframboise, nouvelle directrice générale de l’organisme, s’est fait un plaisir de présenter les trois activités qui se dérouleront prochainement, de septembre à février.

D’abord, le Centre tiendra un 5 à 7 le jeudi 12 septembre, en reconnaissance de l’implication citoyenne dans la cause du suicide. Cet événement aura pour objectif de rassembler et de remercier les personnes bénévoles, les partenaires, les membres et les citoyens ayant participé au bien-être de l’organisme. « Il y a beaucoup d’initiatives de citoyens impliqués qui se font. On veut les remercier », précise Mme Laframboise.

Ensuite, le 9 octobre, Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain et spécialiste en la matière, viendra donner une conférence s’adressant à toute personne du milieu de la santé mentale. Cette sommité dans le milieu du stress « ne sort pas souvent de Montréal, raconte Yves Bélanger. On a travaillé fort pour qu’elle vienne nous voir dans notre milieu et on sait que ça va avoir un impact intéressant sur l’ensemble des participants ».

Finalement, la troisième activité du Centre sera ouverte au grand public. Il s’agit d’un déjeuner-bénéfice lors de la Semaine de la prévention du suicide, en février 2020 (la date exacte reste à confirmer).

Le président de l’organisme, André Charbonneau, a maintes fois souligné à quel point le partenariat avec le Service de police était important. « La prévention est un mot aussi important que le mot suicide », laisse-t-il entendre.

Le Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska rappelle qu’il offre des services gratuits, notamment via la ligne d’intervention téléphonique (450-375-4252), en tout temps.