Le chantier de mise à niveau du Centre de la nature de Farnham a déjà débuté. Deux entreprises exécuteront les travaux.

Centre de la nature de Farnham: une facture plus élevée que prévue

La mise à niveau des infrastructures du Centre de la nature de Farnham a franchi une nouvelle étape. Les élus ont octroyé deux contrats s’élevant à plus de 715 000 $ pour la réalisation des travaux qui ont déjà débuté.

Le projet de réfection est dans les cartons depuis 2017. Les élus devaient toutefois obtenir le certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement avant d’aller de l’avant avec les travaux, explique le maire de Farnham, Patrick Melchior. Un premier appel d’offres n’a pas permis d’octroyer le contrat pour la réalisation de tous les travaux. En fait, aucun soumissionnaire ne s’est montré intéressé.

Le projet a donc été scindé. Une partie du chantier a été assurée par l’équipe des travaux publics. Deux appels d’offres ont ensuite été lancés, l’un pour la construction d’une passerelle et d’une plateforme, et l’autre pour le réaménagement des sentiers.

Un règlement d’emprunt de 513 000 $ avait été adopté, mais la facture des travaux sera finalement plus importante. « Les coûts ont tellement explosé qu’on se retrouve avec un 200 000 $ qui nous manque. Et il n’était pas question pour le conseil de reculer. On veut redonner au Centre de la nature ses lettres de noblesse », indique Yves Deslongchamps, directeur général de la Ville de Farnham.

Le contrat de construction de la passerelle et de la plateforme a été octroyé à Excavation E.S.M. pour un montant de 271 053 $ tandis que celui pour le réaménagement des sentiers a été confié à Gestimaction inc. pour une somme de 444 033 $. Les deux contrats ont été octroyés lundi lors d’une séance extraordinaire.

La balance de la facture qui n’est pas couverte par le règlement d’emprunt sera puisée à même les coffres de la Ville grâce à des montants provenant d’autres postes budgétaires qui seront réaffectés à ce projet.

« Que ce soit pour l’asphaltage, la rénovation ou le traitement des eaux par exemple, les coûts ont explosé partout, dénonce le maire, qui se tourne vers les gouvernements supérieurs pour obtenir leur aide. Toutes les villes vivent la même chose. Il y a le pacte fiscal qui va nous aider, mais il faudra trouver des solutions tangibles. C’est difficile pour les municipalités parce qu’on a beaucoup de responsabilités et on veut épargner nos concitoyens. »

La cure de jouvence du centre de la nature a déjà débuté. Le chantier devrait être complété au printemps. Un accès limité au centre est tout de même offert aux citoyens pendant les travaux, précise M. Deslongchamps.