Le maire Pascal Bonin dit ne pas pouvoir se satisfaire des réponses qui lui ont été données par le CIUSSS de l’Estrie-CHUS quant à l’ouverture d’un centre de dépistage permanent à Granby.
Le maire Pascal Bonin dit ne pas pouvoir se satisfaire des réponses qui lui ont été données par le CIUSSS de l’Estrie-CHUS quant à l’ouverture d’un centre de dépistage permanent à Granby.

Centre de dépistage permanent à Granby : Pascal Bonin n’abandonne pas

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Le maire Pascal Bonin dit ne pas avoir reçu l’assurance du président-directeur général du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Stéphane Tremblay, qu’un centre de dépistage permanent ouvrira ses portes à Granby. Mais il n’entend pas lâcher le morceau.

« Je n’abandonne pas. C’est un dossier qui me tient à cœur. Et il tient aussi à cœur aux élus du conseil municipal. Le dossier est trop important pour la population », a affirmé le maire mercredi. 

Celui-ci dit avoir discuté, tel que convenu, mardi avec Stéphane Tremblay. 

Pascal Bonin souhaitait obtenir des clarifications, car M. Tremblay a annoncé lundi, à l’occasion d’une conférence de presse, ne pas avoir l’intention, pour le moment, d’ouvrir un point de service permanent de dépistage de la COVID-19 à Granby, alors que les élus ont fait plusieurs demandes en ce sens au cours des dernières semaines.

À la suite d’une récente bonification des heures d’ouverture, un point de service est ouvert sur rendez-vous, du mardi au vendredi, de 9 h 30 à 14 h, au pavillon Roger-Bédard, au parc Daniel-Johnson, pour les personnes qui répondent aux critères de dépistage.

En dehors des périodes d’ouverture du point de service à Granby, les citoyens doivent toutefois aller à Bromont, où un centre de dépistage y est ouvert tous les jours, de 11 h à 19 h, sans rendez-vous.

Plusieurs mécontents

Pascal Bonin affirme que la situation fait plusieurs mécontents. De nombreux citoyens ont communiqué avec l’hôtel de ville, dit-il. 

« Les gens sont médusés. Ils ne savent pas où appeler, où aller (pour le dépistage). Il y a un grand volume d’appels à la municipalité par rapport à ça. Beaucoup de gens ne sont pas contents », lance le maire. 

Ce dernier affirme que les échanges avec M. Tremblay sont demeurés « polis ». « La ligne (de communication) est ouverte. (...) Je lui ai posé plein de questions. Je lui ai entre autres demandé pourquoi on peut dire non aux gens de la Haute-Yamaska, mais pas à ceux de la Pommeraie », dit-il en faisant allusion à la décision du CIUSSS de l’Estrie de ne pas fermer le centre de dépistage de Bromont au profit de Granby. 

Mais le maire dit, dans les circonstances, ne « pas pouvoir se satisfaire des réponses » qui lui ont été données. 

« Toutes les récriminations du conseil de ville ont été faites. Je continue à talonner le dossier. Je demeure positif », dit-il, en soulignant que le député de Granby, François Bonnardel, est également engagé dans le dossier. 

Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS n'a pas souhaité commenter l'entretien entre Stéphane Tremblay et le maire Bonin.