Le maire, Pascal Bonin, veut s’entretenir avec le PDG du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Stéphane Tremblay, au sujet de la décision de ne pas ouvrir de façon permanente un point de service de dépistage de la COVID-19 à Granby.
Le maire, Pascal Bonin, veut s’entretenir avec le PDG du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Stéphane Tremblay, au sujet de la décision de ne pas ouvrir de façon permanente un point de service de dépistage de la COVID-19 à Granby.

«Ce n’est pas facile à digérer»

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Le maire, Pascal Bonin, s’explique mal la décision du CIUSSS de l’Estrie-CHUS de ne pas ouvrir un point de service permanent à Granby pour le dépistage de la COVID-19. Il s’entretiendra avec le président-directeur général de l’établissement, Stéphane Tremblay pour «clarifier certains propos» tenus par ce dernier, lundi.

M. Tremblay a affirmé, à l’occasion d’un point de presse lundi après-midi, qu’il n’est pas prévu à court terme d’ouvrir un centre de dépistage permanent à Granby, tel que le réclame le maire Bonin depuis quelques semaines.

«On veut s’expliquer et être sûrs de comprendre le point de vue pour ne pas dire des choses qu’on ne devrait pas dire. Mais ce n’est pas facile à digérer», a laissé tomber Pascal Bonin, lors d’une mêlée de presse, au terme de la séance du conseil municipal, lundi soir.

Pascal Bonin souhaite savoir si l’implantation d’un point de service permanent à Granby est envisagée ou non. «Si c’est non très clairement, je réagirai publiquement», assure-t-il.

«Le dernier engagement que j’ai eu [du CIUSSS de l’Estrie], c’était que la clinique arrivait à la fin octobre, ajoute le maire. Je l’avais déjà aussi entendu pour le 1er septembre. On va voir demain [mardi] si les choses ont changé. Je vais donner une chance au coureur de clarifier sa position».

Pascal Bonin affirme en outre que les membres du conseil municipal seraient aussi prêts à joindre leur voix au dossier, si l’argumentaire formulé par le CIUSSS de l’Estrie ne les satisfait pas.

Le comité des usagers de la Haute-Yamaska a aussi fait des représentations au cours des dernières semaines afin que Granby ait un centre de dépistage permanent, a affirmé sa présidente, Juliette Dupuis.

Le maire de Granby, Pascal Bonin

Prêt d’un local

Les élus ont par ailleurs adopté une résolution lundi afin de continuer à «prêter» au CIUSSS de l’Estrie le pavillon Roger-Bédard (chalet des patineurs) au parc Daniel-Johnson pour le maintien du point de service actuellement ouvert sur rendez-vous, du mardi au vendredi, de 9h30 à 14h.

«C’est en fonction des besoins, jusqu’au printemps prochain», a souligné le maire lors de l’adoption de ce point.

«C’est sûr que le chalet des patineurs n’était pas notre premier choix. On va en avoir besoin. On a annoncé qu’on ouvrait le lac [la patinoire] cet hiver. Mais on continue à mettre de la pression pour qu’il n’y ait aucune excuse possible pour le CIUSSS», dit Pascal Bonin.

«On est rendus tellement désespérés d’avoir un centre que s’ils veulent le chalet des patineurs, on va s’organiser avec les patineurs. Ce qui est le plus important, c’est la santé des gens», avait-il par ailleurs déclaré en entrevue vendredi dernier.

En dehors des périodes d’ouverture du point de service à Granby, les citoyens doivent aller à Bromont, où un centre de dépistage y est ouvert tous les jours, de 11h à 19h, sans rendez-vous.

Les MRC québécoises de 100 000 habitants ont toutes un centre de dépistage permanent, selon le maire Bonin. Toutes, sauf la Haute-Yamaska, insiste-t-il.