M. Marchionni a plaidé coupable à neuf accusations de fraude.

«Ce mode de vie ne doit pas être accepté»

Un arnaqueur qui a volé des dizaines de milliers de dollars à 11 personnes en se faisant passer pour un médecin peut s'attendre à purger une longue peine de prison.
Andrew Steve Marchionni « essaie d'éviter toutes les façons légales de vivre », a fait valoir M<sup>e</sup> Élise Côté-Lebrun, de la Couronne.
La Couronne et la défense se sont entendues pour suggérer, mercredi, une sentence de cinq ans et demi de pénitencier pour Andrew Steve Marchionni. L'homme de 62 ans de Bromont a reconnu avoir volé ses victimes en leur promettant, entre autres, d'accélérer leur dossier médical. Tous les plaignants avaient des problèmes de santé et peinaient à recevoir les indemnités ou les soins requis.
« C'étaient des personnes vulnérables », a souligné Me Élise Côté-Lebrun, du ministère public.
Les parties ne s'entendent cependant pas sur les montants qu'a subtilisés M. Marchionni. La Couronne les chiffre à 54 900 $ en tout, tandis que la défense a cherché à démontrer que le butin était moins important. Le juge Serge Champoux, de la Cour du Québec, doit trancher la semaine prochaine.
Dédommagement
Sa décision influencera l'ordonnance de dédommagement demandée. Me Côté-Lebrun l'a toutefois qualifiée de « symbolique » puisque le sexagénaire vivait essentiellement de ses vols. « Je ne pense pas qu'ils reverront la couleur de leur argent », a-t-elle dit. Le magistrat devra aussi décider s'il accepte la peine soumise par les avocates.
« Je souhaite surtout que vous considériez l'impact sur les victimes » qui habitaient Bromont, Granby et Sainte-Cécile-de­-Milton, a ajouté Me Côté-Lebrun. L'un d'eux a dû fermer son garage. Deux ont fait faillite. Presque tous ont vu leur dossier médical retardé par le faux médecin qui multipliait les déclarations convaincantes et promettait mer et monde en échange d'argent comptant.
« C'est quand même complexe de se créer une vie comme M. Marchionni­ l'a fait. Mais ce mode de vie ne doit pas être accepté. Il faut isoler et dissuader les délinquants. S'il sortait aujourd'hui de prison, il continuerait à faire des fraudes. Il essaie d'éviter toutes les façons légales de vivre. » L'accusé a déjà fait de la détention pour des crimes similaires.
Suffisant
À la défense, Me Geneviève Cardin­ a rappelé que son client avait plaidé coupable à neuf accusations de fraude et ainsi évité la tenue d'un procès. « On a sauvé beaucoup de temps aux ressources judiciaires. »
Elle a reconnu que « les torts causés aux victimes sont importants » et cité deux jurisprudences au soutien de la sentence proposées. « Cinq ans et demi, c'est une peine suffisamment longue, a dit Me Cardin­. Je souhaite que M. Marchionni se reprenne en main et remette les montants volés. »
La SQ invite d'autres victimes potentielles de M. Marchionni à porter plainte.