Maryse Kéroack a organisé une séance de cassage de vaisselle sécuritaire pour amasser des fonds pour la Société canadienne du cancer.

Casser de la vaisselle contre le cancer

Quoi de mieux que de casser des assiettes lorsque la rage nous habite ? Maryse Kéroack a invité la population à venir casser de la vaisselle au profit de la Société canadienne du cancer, à Granby.

Il y a peu temps, une de ses amies les plus chères, Hélène, a appris qu’elle avait un cancer. Samedi, elle célébrait ses cinquante ans, mais elle n’avait pas le cœur à la fête. Le cancer frappe vite et fort et l’idée de Maryse s’est formée tout aussi rapidement.

« Je trouvais que c’était bien de se dire qu’on casse le cancer. J’ai fermé un resto et il me reste de la vaisselle et on s’est dit que ça serait un défoulement terrible [de la casser]. »

Pour chaque morceau lancé dans un conteneur fournir par Sani-Éco, un don était demandé. Mme Kéroack constate cependant qu’elle a manqué de temps pour publiciser l’événement, si bien que la somme amassée n’est pas à la hauteur de ses espérances.

Elle pourrait tenter de nouveau l’expérience l’an prochain. Elle se donne la semaine pour solliciter son entourage afin de faire grimper le montant qu’elle remettra à la Société canadienne du cancer.