Une nouvelle concentration Robotique fera son apparition cette année à l’école secondaire du Verbe Divin, à Granby. Les élèves travailleront entre autres avec un robot de type Nao. « À ma connaissance, on est la seule école au Québec à en avoir un », souligne le directeur général de l’école, Jean Striganuk.

Cap sur la robotique au Verbe divin

Un nouvel employé a fait son apparition à l’école secondaire du Verbe Divin de Granby. Il parle plusieurs langues, ne quitte jamais l’édifice et obéit aux ordres. Le rêve !

En prévision de la rentrée 2020, l’établissement privé a fait l’acquisition d’un robot humanoïde de marque Nao, dont la bouille sympathique et le léger accent français — il a été fabriqué à Paris — sont les emblèmes de la future concentration en Robotique.

L’automate de 58 cm de haut bouge, peut reconnaître son interlocuteur, répondre aux commandes vocales et être programmé pour accomplir plusieurs tâches. D’autres robots de type EV3 (faits de Lego), des bras robotisés et une imprimante 3D complètent l’équipement avec lequel les élèves pourront travailler.

Un laboratoire de robotique a également été aménagé pour la cause, avec vue sur la salle de loisirs, elle-même située dans l’ancienne chapelle de ce qui était autrefois une école de prêtres.

« On ne se le cachera pas, la robotique est populaire, explique le directeur général de l’école, Jean Striganuk. Nos élèves vont travailler avec ça plus tard et c’est notre responsabilité de les préparer. »

La concentration Robotique croisera l’ingénierie, la programmation, la construction et l’intelligence artificielle. Les élèves à besoins particuliers y trouveront aussi leur compte, dit M. Striganuk. Un robot de type Nao « capte leur attention et ils sont portés à travailler avec lui ».

« Et à ma connaissance, on est la seule école au Québec à en avoir un. »

Peu de limites

Il y a « peu de limites » à ce que les élèves pourront faire avec cet outil afin de le rendre de plus en plus autonome, dit le directeur général. « Il ne fera que s’améliorer. »

L’école de la rue Cowie est aussi en attente d’un deuxième Nao, au coût unitaire de 9000 $ US, afin de permettre aux jeunes programmeurs, en équipes, de comparer leurs prouesses. Ils pourront également le faire lors de compétitions officielles telles que Robotique First. La future concentration, qui sera mise de l’avant lors d’une journée portes ouvertes ce dimanche 22 septembre, se tiendra sur trois après-midis par semaine et nécessitera un coût supplémentaire de 600 $ par élèves par année. Elle sera contingentée et s’ajoute aux options Sport, Art, Diversité et Immersion anglaise déjà existantes.

Le Verbe Divin connaît d’ailleurs une augmentation de ses inscriptions, dit M. Striganuk. L’établissement de quelque 510 places est plein cette année et le même engouement est prévu pour l’année scolaire 2020-2021.

« Je n’ai jamais vu ça depuis que je suis ici, c’est-à-dire 1991 », ne cache pas M. Striganuk .

Il rassure les plus craintifs en précisant qu’il n’y a aucun risque que les robots se retournent contre leurs hôtes, comme l’illustre la majorité des films de science-
fiction. Sa programmation le lui interdit et « il ne peut pas se rebeller », insiste Jean Striganuk.