La production et la transformation de cannabis seront possibles dans seulement deux zones du parc industriel de Farnham, ont tranché les élus.

Cannabis : deux zones autorisées à Farnham

Les entreprises qui souhaiteraient se lancer dans la production ou la transformation de cannabis ne pourront pas s’implanter où elles veulent à Farnham. Un projet de règlement a récemment été adopté pour encadrer de telles activités, notamment en autorisant les entreprises à s’installer dans seulement deux zones.

Les nouvelles dispositions au règlement de zonage encadrent plus précisément la production, la transformation, l’entreposage et la vente de cannabis ou de produits du cannabis. Toutes les activités sont assimilées à un usage industriel. La réglementation prévoit que toutes ces activités doivent se dérouler à l’intérieur d’un bâtiment fermé. Il sera donc interdit d’en cultiver dans des champs, par exemple.

La vente de cannabis ou de produits du cannabis comme usage complémentaire à la production où la transformation ne sera pas permise.

Aucune de ces industries ne pourra s’installer dans un rayon de 300 mètres de tout établissement scolaire.

Zone industrielle
« On vient l’encadrer pour permettre ces activités seulement en zone industrielle », indique Benoît Larivière, directeur du service de la planification et d’aménagement du territoire à la Ville de Farnham.

Les deux zones où de telles industries pourront s’implanter se situent plus précisément dans le secteur de l’ancienne usine Beaulieu Canada— où est actuellement établie l’entreprise Bitfarms— et sur le boulevard Industriel entre les rues Magenta et Georges-F. Slack, explique M. Larrivière.

« On savait que ça s’en venait et on voulait légiférer. Il faillait se préparer. Toutes les villes sont approchées. On a été approché. C’est sûr que les gens tâtent le terrain et c’est pourquoi on se prépare », indique le maire de Farnham, Patrick Melchior.

À ce jour, aucune demande de permis n’a été formulée par une entreprise qui œuvre dans ce secteur d’activité dans le but de s’implanter à Farnham.

Dans une seconde étape, les élus veulent éventuellement légiférer pour encadrer la consommation de cannabis sur son territoire lorsque celle-ci sera légale. « Oui, il y aura une réglementation quand ce sera légal. On veut légiférer le plus pointu qu’on peut », dit le maire, précisant au passage qu’un comité a été formé pour se pencher sur le dossier.