L’ex-maire de Farnham Josef Hüsler n’a dépensé que 58 % du plafond des dépenses­ électorales fixé à 5864,40 $ lors de la dernière campagne à la mairie.

Campagne frugale pour l’ex-maire Hüsler

Josef Hüsler a mené une campagne frugale en vue d’être réélu à la mairie de Farnham. Il n’a dépensé que 58,9 % du plafond autorisé. Son adversaire et vainqueur de l’élection, Patrick Melchior, a utilisé toute la marge de manœuvre dont il disposait.

L’ex-maire a dépensé 3412,21 $ durant la dernière campagne électorale alors que le plafond autorisé était de 5864,40 $. M. Melchior a dépensé 5733,90 $, selon les rapports de dépenses électorales des deux candidats obtenus par La Voix de l’Est.

M. Hüsler, qui tentait de se faire réélire pour la septième fois à la mairie, a récolté 10 dons totalisant 2800 $. Il a injecté 1000 $ dans sa campagne, le maximum prévu par la loi pour un candidat. Les membres de sa famille ont également contribué à sa campagne. Son épouse, Élisabeth Buck, leurs deux filles, leurs fils ainsi que leurs conjoints ont versé des dons chacun de 200 $. L’ex-maire s’est également octroyé un prêt de 650 $ pour payer ses dépenses.

De son côté, M. Melchior a pu compter sur cinq dons totalisant 1465 $ en plus d’amasser 500 $ lors d’une activité de financement. Il a versé une contribution de 1000 $ à sa campagne. Sa conjointe Marie-Claude Houle a versé un montant de 200 $. Il a obtenu les autres 265 $ du couple Ruth Potvin et Serge Rosselet. Le nouveau maire a emprunté un montant de 4000 $ pour payer ses dépenses, soit un prêt de 1500 $ qu’il s’est accordé et un prêt de 2500 $ consenti par M. Rosselet.

M. Melchior, qui a 40 ans, a remporté l’élection avec un appui de 59 % des électeurs qui se sont prononcés.

La trésorière Julie Laguë analysera les rapports de dépenses de l’ensemble des candidats. La Ville remboursera 70 % de leurs dépenses admissibles (pancartes électorales, frais de téléphone, location de locaux, etc.) jusqu’aux montants équivalant à leurs dettes de campagne.