Lancée il y a un an à Bromont, l'initiative «Café avec un policier» a connu du succès à Bromont.

«Café avec un policier»: se rapprocher de la population

L'événement « Café avec un policier » à Bromont sera de retour pour une seconde année en 2017. L'activité à laquelle une quinzaine de citoyens ont participé à chaque occasion pourrait revenir dans une nouvelle formule en s'invitant dans les entreprises.
Lancée il y a un an afin d'aider les policiers à se rapprocher de la population, l'initiative « Café avec un policier » a été un succès. « C'est très positif », affirme l'agent Steeve Renaud qui a implanté l'activité à Bromont. 
Les policiers ont organisé quatre rencontres chez des restaurateurs distincts - Van Houtte, McDonald, Tim Hortons et Canaë l- au cours des derniers mois question de permettre aux citoyens d'aller à leur rencontre dans un contexte convivial. 
Le concept a été créé en 2011 par des policiers d'une ville californienne, où les agents vivaient des problèmes avec les citoyens. Ils n'étaient pas acceptés et il y avait beaucoup de racisme. L'idée a par la suite été reprise dans 175 villes réparties dans 36 États américains.
Au Québec, le premier événement a vu le jour en mai 2014 à Blainville. Le service de police de Bromont est le 17e de la province à emboîter le pas. 
Questions et échanges
Une quinzaine de personnes étaient présentes à chacune des rencontres. « Je n'ai jamais vu deux fois la même personne », indique le constable Renaud. Les policiers étaient notamment questionnés sur les effectifs ou le genre de crimes commis à Bromont. Certains ont également soulevé des problématiques, dénonçant par exemple une traverse piétonnière mal respectée par les automobilistes.
À certaines occasions, c'est l'agent Renaud qui s'est invité aux tables des clients pour un brin de jasette. « C'est moi qui suis allé vers les gens parce qu'ils sont gênés de venir nous voir alors qu'ils ne devraient pas. On est là pour ça ! », dit-il. 
Le « Café avec un policier » sera de retour en 2017, confirme l'inspecteur Marc Tremblay, du Service de police de Bromont. La formule sera peut-être modifiée.
Les policiers veulent notamment sonder les entreprises et industries pour savoir si elles seraient intéressées à recevoir la visite d'un policier dans leur milieu de travail, explique M. Tremblay. 
À la suite de leur réponse, le service va statuer si l'activité sera reconduite dans les restaurants ou se consacrera à la visite des industries et entreprises.