Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’an dernier, le lac Bromont et le lac Gale ont connu un achalandage sans précédent. Afin de mieux contrôler cette affluence en période de pandémie, les élus ont adopté des résolutions à cet effet.
L’an dernier, le lac Bromont et le lac Gale ont connu un achalandage sans précédent. Afin de mieux contrôler cette affluence en période de pandémie, les élus ont adopté des résolutions à cet effet.

Ça bouge au lac Bromont

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Aménagement de couloirs de nage, mise en place de mesures pour contrôler l’achalandage, cheminement du projet de bloc sanitaire et gestion du myriophylle à épi. Les projets se succèdent au lac Bromont.

Comme dans plusieurs autres plans d’eau à travers le Québec, le lac Bromont n’échappe pas à la prolifération du myriophylle à épi, une plante envahissante néfaste pour la faune aquatique. Bromont, de concert avec l’organisme Action conservation du bassin versant du lac Bromont (ACBVLB), a donc lancé un projet pilote pour le contrôler dans une zone précise. «On préconise à court terme l’arrachage manuel du myriophylle dans une bande de 75 mètres carrés devant le quai », a indiqué Élisabeth Groulx-Tellier, coordonnatrice de projets en biologie et environnement à l’ACBVLB.

Cette tâche doit être réalisée jeudi par des plongeurs du RAPPEL, une organisation spécialisée. On a adopté cette approche pour cet été pour minimiser les risques pour les nageurs. Idem pour l’aménagement d’un corridor qui permettra aux embarcations d’accoster au quai sans propager le myriophylle en dispersant des fragments de plante dans l’eau, a dit Élisabeth Groulx-Tellier.

Deux arrachages sont prévus au cours des prochains mois. La facture globale, qui avoisine 5000$, est assumée par la Ville. Des bouées seront aussi installées à des endroits stratégiques près des herbiers de myriophylle pour sensibiliser les usagers à les éviter.

Dès l’automne prochain, l’élaboration d’un plan d’action pour le contrôle du myriophylle commencera, a mentionné la coordonnatrice. L’installation de toiles de jute pour emprisonner les plantes nuisibles au fond du lac fait partie des avenues envisagées. Cette approche a déjà fait ses preuves dans plusieurs autres lacs au Québec, notamment au lac Lovering à Magog.

Couloirs de nage

Le lac Bromont aura finalement des couloirs de nage en eau libre, comme le réclamaient plusieurs membres de la communauté. Rappelons qu’une pétition endossée par quelque 400 signataires avait été acheminée à la Ville en ce sens. Un comité de citoyens a par la suite été formé pour étudier le dossier. Afin de respecter les normes en vigueur pour ce type d’aménagement, la Ville mettra en place l’équivalent de trois sections dans le plan d’eau. «On fait un grand triangle de 750 mètres et en dedans, deux petits triangles pour 650 mètres de nage», a illustré la conseillère municipale Claire Mailhot lors de la récente séance du conseil. Il s’agira d’un projet pilote.

Accès restreints

L’an dernier, le lac Bromont et le lac Gale ont connu un achalandage sans précédent. Afin de mieux contrôler cette affluence en période de pandémie, les élus ont adopté des résolutions à cet effet. En ce qui concerne la plage du Domaine du lac Gale, seuls les citoyens de Bromont pourront s’y rendre durant la saison estivale. Aucun invité ne sera accepté.

Du côté du lac Bromont, l’accès sera partagé. «Il y aura des accès limités au stationnement, qui sera strictement réservé aux utilisateurs de la plage. Du 24 juin au 7 septembre, l’accès sera réservé aux citoyens de Bromont les fins de semaine, pour les vacances de la construction, on parle des deux dernières de juillet, ainsi que pour les jours fériés, le 24 juin, le 1er juillet et le 7 septembre», a résumé Claire Mailhot.

L’arrachage manuel de myriophylle à épi près du quai de la plage municipale est prévu jeudi.

«L’an passé, on s’est fait prendre. On ne s’attendait pas à ça. Il fallait réagir, ce qu’on a fait. On espère que l’on va réussir à bien contrôler l’accès à ce lac», a indiqué le maire de Bromont, Louis Villeneuve. Ce dernier a par ailleurs rappelé que les Bromontois ont injecté beaucoup d’argent pour que le projet de revitalisation du plan d’eau voit le jour. «La Ville a investi un million de dollars pour éviter les cyanobactéries, a-t-il dit. Et on doit faire un suivi de très près.»

Bloc sanitaire

À ce jour, des toilettes chimiques ainsi que des éviers portatifs ont été installés sur le site durant la saison chaude. L’endroit n’est toutefois pas conforme aux normes gouvernementales. L’implantation d’un bloc sanitaire est donc requise. L’évaluation de la faisabilité d’un tel projet a été confiée à l’entreprise LCL Environnement. La firme a par ailleurs été mandatée pour transmettre la demande de certificat d’autorisation au ministère de l’Environnement pour un éventuel «prélèvement d’eau souterraine destinée à l’alimentation en eau potable et hygiène personnelle pour les activités de la plage municipale du lac Bromont.» La Ville s’attend à des délais d’environ un an pour obtenir l’aval du Ministère.