La Ville de Farnham bannit l’utilisation de pesticides sur son territoire. Quelques exceptions s’appliquent, notamment pour les producteurs agricoles.
La Ville de Farnham bannit l’utilisation de pesticides sur son territoire. Quelques exceptions s’appliquent, notamment pour les producteurs agricoles.

Bye bye les pesticides à Farnham

L’utilisation de pesticides est désormais de l’histoire ancienne à Farnham. Soucieuse de son environnement, la Ville a décidé de bannir son usage, sauf pour ceux qui ont un faible impact. Cette mesure ne s’applique toutefois pas à certains champs d’activités, notamment l’agriculture commerciale.

«On est une ville qui se veut de plus en plus verte. Ce règlement-là viendra justifier l’utilisation des pesticides, si on doit en utiliser», explique Patrick Melchior, le maire de Farnham.

Le projet de règlement adopté lundi interdit l’épandage, le traitement et l’application de pesticides sauf ceux qui ont un faible impact sur l’environnement. 

Les entreprises, qui en font un usage dans le cadre d’activités commerciales, devront se procurer un permis auprès du service de planification et d’aménagement du territoire de la Ville. Celles qui n’ont pas de place d’affaires à Farnham devront par ailleurs débourser 75 $ pour s’en procurer un. 

Le règlement comporte d’autres exceptions, notamment pour les agriculteurs, les exploitants de terrains de golf, les entreprises commerciales en horticulture ou pour le traitement de l’eau ou de bassins artificiels. L’usage de pesticides sera également autorisé en cas d’infection majeure qui met en péril la santé et la survie des végétaux.

Ainsi, les employés du service des travaux publics affectés à l’entretien des parcs et des aménagements paysagers n’utiliseront plus de pesticides, précise le maire. «Ça ne faisait pas de sens qu’on en utilise», dit-il, rappelant au passage que Farnham a déployé une série de mesures et d’actions en matière d’environnement.