Le maire de Sainte-Cécile-de-Milton, Paul Sarrazin

Budget et taxes à la baisse à Sainte-Cécile-de-Milton

La municipalité de Sainte-Cécile-de-Milton fonctionnera avec un budget de 2 302 084 $ en 2020, en baisse de 127 231 $ par rapport à 2019. Il en sera de même pour le taux de taxation, qui passera de 0,60 $ à 0,58 $.

Il s’agit de la sixième baisse consécutive du taux de taxes, fait remarquer le maire Paul Sarrazin. Selon lui, le conseil aurait pu réduire ce taux davantage, mais les élus ont considéré qu’une baisse de 0,02 $ était raisonnable, compte tenu des nombreux travaux prévus en 2020.

Toutes les autres taxes demeureront identiques à 2019, soit 45 $ par logement pour l’accès aux écocentres, 147 $ pour la collecte des matières résiduelles et 89,50 $ pour la vidange des installations septiques.

Deux nouveautés s’ajoutent toutefois à la grille de taxation 2020 : les ICI (industries, commerces et institutions) devront débourser entre 200 $ et 250 $ pour avoir accès à un conteneur, et la récupération des plastiques agricoles coûtera 180 $ aux entreprises agricoles selon le principe utilisateur-payeur.

M. Sarrazin mentionne qu’en réduisant la taxe de base, le conseil souhaite également compenser la hausse inévitable de la valeur imposable des édifices.

« C’est l’un des plus beaux budgets qu’on a adopté. Je ne voudrais être maire d’aucune autre municipalité que Sainte-Cécile. On est en plein contrôle de nos finances et on peut travailler avec un surplus accumulé de 568 757 $. On a épuré, on a fait du ménage et on demeure à l’affût des toutes les opportunités de financement », affirme-t-il.

Dépenses en immobilisations

En 2020, 1 011 408 $ seront investis dans les immobilisations de la municipalité. Parmi les principaux projets, la municipalité compte consacrer près de 500 000 $ aux infrastructures routières, dont des travaux dans la route Lasnier, l’aménagement d’un rond-point dans la rue Béland et le pavage du 5e Rang, des rues Saint-Joseph, Lachapelle et de la route Perreault.

L’accent sera également mis sur l’aménagement extérieur des bâtiments municipaux pour lequel on prévoit 100 000 $.

Pour financer ces dépenses, Sainte-Cécile puisera 539 217 $ dans son surplus réservé ; le reste proviendra de subventions gouvernementales.

Au total, le Programme triennal d’immobilisations de la Ville estime les dépenses à 1 054 341 $ en 2021 et à 829 525 $ en 2022.

Année record

Par ailleurs, Paul Sarrazin souligne que les demandes de permis ont atteint un nombre record en 2019. Les 111 permis pour ajout d’un bâtiment (8), construction (25), agrandissement (5) et rénovation (73) ont totalisé 9 873 000 $. La majeure partie de ce montant est attribuable, selon lui, à la construction de résidences et d’entreprises, dont Agriclé, qui a installé ses pénates à Sainte-Cécile-de-Milton au cours de la dernière année.

Le maire fait toutefois remarquer que la capacité de croissance de la municipalité est sur le point d’atteindre sa limite.

« Il reste huit terrains à vendre dans la future rue Touchette. On pourrait y construire des duplex et des triplex. Après, ce sera pas mal complet. Quant au parc PME, il n’y a plus que deux terrains libres et ils sont déjà vendus. On est en réflexion sur notre intérêt à grandir... Je pense qu’on a maintenant atteint un bon équilibre à Sainte-Cécile. »