Le maire de Waterloo, Jean-Marie Lachapelle

Budget de Waterloo: 25 $ par porte pour la caserne de pompiers

Le nouveau conseil municipal de Waterloo se tiendra loin des folles dépenses en 2018 et gèlera le taux de taxation des citoyens. Chaque propriétaire devra toutefois débourser 25 $ par porte pour assumer les dépenses de la nouvelle caserne de pompiers.

Pour les immeubles résidentiels, le taux de base sera stable à 0,90 $ par 100 $ d’évaluation. Les terrains vagues desservis (1,80 $), les commerces et institutions (2,06 $), les industries en général (2,11 $) et les industries des zones I6, I7 et I8 (0,90 $) seront aussi soumis aux mêmes taux qu’en 2017.

En fait, aucune portion du compte de taxes (aqueduc, égouts, ordures, recyclage, police) ne subira de changement, à l’exception du tarif « pompiers » qui passera de 128 $ à 153 $. 

« Il faut meubler et équiper la nouvelle caserne. Cela nous permettra de le faire », affirme le maire Jean-Marie Lachapelle.

À titre d’exemple, une résidence de la rue Lussier valant 275 100 $ générera un compte de taxes de 3361,90 $ en 2018, alors qu’il était de 3336,90 $ en 2017.

La valeur foncière totale de la ville de Waterloo atteint désormais 342 250 100 $, alors qu’elle était de 334 256 000 $ en 2016. Une hausse de 2,34 % majoritairement attribuable aux nouvelles constructions- résidentielles.

Budget en baisse 

Adopté mardi soir, le budget de la prochaine année atteindra 9 099 967 $, en baisse de 217 146 $. « L’an passé, le conseil s’était approprié une partie du surplus, notamment pour souligner le 150e anniversaire de la municipalité. Cette année, on ne l’a pas fait. En ce moment, on n’en a pas besoin. Mais il n’est pas non plus exclu qu’on pige dans le surplus pour paver certaines rues », laisse entendre M. Lachapelle. 

Au chapitre des dépenses, des postes sont inévitables, rappelle-t-il, en mentionnant entre autres les hausses des salaires, l’augmentation des frais de chauffage et d’électricité, les dépenses liées à la nouvelle caserne de pompiers et l’embauche prochaine d’une personne responsable du développement- commercial et au tourisme. 

Si les postes budgétaires de sécurité publique, frais de financement, remboursement de la dette et santé et bien-être (en raison de rénovations à l’Office municipal d’habitation) ont augmenté, d’autres comme l’administration générale, le transport routier, l’urbanisme et zonage et les activités d’investissement ont subi des coupes. 

« Il a fallu renoncer à certains travaux comme le pavage de rues. Mais au début du mois de janvier, on va se rencontrer pour établir nos “vœux” pour 2019 », indique M. Lachapelle.

Une somme de 126 374 $ sera consacrée aux projets particuliers de la Ville. Parmi eux, mentionnons de légers travaux (tapis, peinture) à l’hôtel de ville (13 000 $), le drainage du parc des Générations (20 000 $) et les plans et devis pour mieux contrôler l’apport de sédiments dans le lac Waterloo (15 000 $).

Bref, dit le maire, le mot d’ordre pour 2018 est de vivre selon ses moyens. « Il y a peu de projets sur la table, mais on ne s’empêchera pas d’investir dans nos infrastructures si des subventions sont en jeu. On ne veut pas couper complètement dans les investissements ! »

Plan triennal d’immobilisations

En 2018, la Ville prévoit une somme de 4 027 209 $ en immobilisations. En tête des priorités vient la réfection de la rue Eastern-, estimée à 3 millions $ — dont la moitié devrait être à la charge du gouvernement —, suivi de l’aménagement, du drainage et du pavage de la rue Allen Est au montant de 569 835 $. « On attend la subvention de 187 221 $ », affirme M. Lachapelle. Ce dernier ajoute que 250 000 $ ont aussi été réservés pour refaire la toiture de la caserne qui coule...

Le Programme triennal d’im-mobilisations prévoit par ailleurs des investissements de 4 673 300 $ en 2019 — dont 4 M $ devraient être consacrés à la réfection d’une portion de la rue Western, subventionnée à 50 % par le gouvernement. Le pavage de rues devrait bénéficier de 500 000 $. 

La municipalité a réservé 2 562 500 $ pour ses immobilisations de 2020.