Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le maire de Waterloo, Jean-Marie Lachapelle
Le maire de Waterloo, Jean-Marie Lachapelle

Budget de Waterloo : coup de pouce aux commerçants

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Dans l’élaboration de ses prévisions budgétaires pour la prochaine année, la Ville de Waterloo a choisi de limiter le fardeau financier de ses citoyens, tout en donnant un coup de pouce aux commerçants.

Le maire Jean-Marie Lachapelle qualifie le budget 2021 adopté cette semaine de «réaliste par rapport à ce qui se passe actuellement». Les élus n’ont pas jugé nécessaire de réduire le taux de taxation résidentielle, en raison de l’importance des investissements et de la dette. Mais les contribuables ne débourseront pas plus, cependant, car le taux est maintenu à 0,86 $ du 100 $ d’évaluation. De ce montant, près de 0,33 $ sont consacrés directement au remboursement de la dette.

Pour une résidence moyenne de 192 400 $, par exemple, la note s’élèvera à 2585 $, sans hausse des taxes de services. Les immeubles industriels et non desservis ne subiront, eux aussi, aucune augmentation de leurs charges.

«Les seuls changements notables touchent les immeubles commerciaux, indique M. Lachapelle. Ce sont eux qui profitent d’une baisse de taxes. On voulait donner un répit à nos commerçants et attirer de nouveaux commerces à Waterloo pour développer le centre-ville.» À titre d’exemple, un immeuble commercial évalué à 253 700 $ verra sa note diminuer de 6,4%, soit 423,68 $ en 2021.

La Ville de Waterloo fonctionnera avec un budget de 10 155 361 $ l’an prochain, en hausse de 4,45% par rapport à 2020.

Interrogé sur l’impact de la pandémie sur les finances de la municipalité, Jean-Marie Lachapelle estime que le manque à gagner s’élève à 230 000 $, mais que celui-ci a été épongé presque en totalité par le gouvernement du Québec.

Le développement résidentiel, dont la construction d’immeubles locatifs, fait en sorte que la richesse foncière de Waterloo devrait atteindre 433 537 900 $ en 2021.

Alors qu’elle s’élevait à 17 152 600 $ au 31 décembre 2019, la dette, dit-il, devrait avoisiner les 25 millions $ l’an prochain, notamment en raison des emprunts qui seront nécessaires pour la réfection de la rue Allen Ouest et d’une partie de la rue Western.

des Projets

Dans son Plan triennal d’immobilisations (PTI), Waterloo prévoit en effet consacrer temps et argent à la reconstruction d’Allen Ouest et de Western en 2021. Le prolongement de la rue Nadeau, dans le parc industriel Horizon, est aussi dans ses cartons. Les citoyens pourraient également voir l’agrandissement de la patinoire du parc Robinson et l’aménagement, à cet endroit, de jeux de pickleball. On envisage également l’ajout d’éclairage au nouveau terrain de baseball, le resurfaçage des terrains de tennis municipaux, l’achat d’un camion-nacelle pour les travaux publics, l’acquisition d’une surfaceuse à glace électrique et la réfection du toit de l’usine d’épuration.

En tout, c’est un peu plus de 3,4 millions $ qui devraient être investis aux quatre coins de la ville en 2021.

Sur trois ans, Waterloo compte injecter plus de 14 400 000 $ dans le développement de ses infrastructures, l’essor économique et l’amélioration de la qualité de vie de ses résidants.

Pour assurer l'assainissement du lac Waterloo, la municipalité compte créer une réserve financière dont l'argent sera consacré à divers projets comme l'arrachage de la myriophylle à épis, une plante envahissante. 

Lac Waterloo

Par ailleurs, le conseil municipal compte créer une réserve financière pour assurer l’assainissement du lac Waterloo. Le projet de règlement, déposé cette semaine, prévoit y consacrer 375 000 $ au cours des trois prochaines années, à raison de 100 000 $ en 2021, 125 000 $ en 2022 et 150 000 $ en 2023. Ces sommes proviendront directement des surplus accumulés non affectés.

Pour l’ABVLW, qui prend soin du lac en partenariat avec la Ville, ce geste est hautement significatif. D’autant plus qu’un don anonyme du même montant vient s’ajouter au budget de l’organisme.

Parmi les actions prévues à l’été 2021, mentionnons l’arrachage manuel du myriophylle à épis par des plongeurs spécialisés et l’installation d’une membrane de jute au fond du lac pour freiner la reproduction de cette plante envahissante.