Le maire de Shefford, Éric Chagnon
Le maire de Shefford, Éric Chagnon

Budget à Shefford : le taux de taxes demeure inchangé

Un budget de continuité. C’est ainsi que le maire de Shefford décrit à nouveau les prévisions budgétaires de sa municipalité pour l’année 2020.

« On réussit à ne pas augmenter le taux de taxation, malgré le fait que les dépenses augmentent à l’interne. Un bon travail a été fait à la Ville pour boucler un budget sans trop de hausses. On n’a presque pas de dettes et on planifie », résume Éric Chagnon. 

Comme en 2019, les propriétaires paieront en effet 0,70 $ du 100 $ d’évaluation. Les immeubles non résidentiels et industriels demeureront taxés à 1,075 $ du 100 $, comme c’était le cas en 2019. 

On note cependant certaines hausses en ce qui a trait aux autres charges financières des Sheffordois. Plutôt que 137 $ par logement, il en coûtera 139 $ pour la collecte des ordures et des matières recyclables, ainsi que pour la cueillette des matières organiques. « C’est un tour de force de rester à 139 $ avec une collecte de plus. Ça veut dire que les gens ont bien répondu à l’arrivée du bac brun et qu’on enfouit moins. C’est positif », affirme M. Chagnon. 

Du côté des ICI (institutions, commerces et industries), la note pour le ramassage des matières recyclables grimpera à 146,50 $, après avoir été réduite à 126 $ l’an dernier. 

Les frais pour la vidange des fosses septiques seront majorés de 10 $ pour atteindre 91 $. L’accès aux écocentres reste toutefois fixé à 45 $ par adresse.

Comme chaque année, les résidants des rues Sylvie, France et Lafrenière se verront imposer des frais pour les services d’aqueduc et d’égout. Ces derniers atteindront 708,65 $ (aqueduc) et 788,18 $ (égout) en 2020. 

Légère hausse du budget

Le prochain budget s’établira à 9 909 012 $, en hausse de 167 000 $ par rapport au précédent. Près de 84 % des revenus proviendront du prélèvement des taxes. « Et pour équilibrer le budget, on affectera environ 192 000 $ de notre surplus accumulé », ajoute M. Chagnon. 

Dans la colonne des dépenses, l’amélioration des routes sera prioritaire, indique-t-il. Le pavage des rues dans les secteurs Gauvin, du Tournesol, Laurence, du Grillon et des Cigognes fait notamment partie des projets. 

« On en fera plus en 2020, car on a reçu l’argent du Programme TECQ (taxe sur l’essence et la contribution du Québec). Elle est d’environ 2,4 millions $ sur cinq ans. Et on dépensera l’argent de 2019 et 2020. »

Parmi les dépenses plus irritantes, le maire mentionne les 13 % (près de 1,3 million $) consacrés à la desserte de la SQ. « C’est un gros morceau. À Shefford, on n’a pas de centre-ville, on ne reçoit pas plus de services qu’ailleurs, mais on paye cher en raison de notre valeur foncière. Je revendique ça depuis mon arrivée à la mairie. C’est un calcul difficile à digérer. »

Mentionnons que la richesse foncière de la municipalité se rapproche lentement, mais sûrement du milliard de dollars. En 2020, celle-ci atteindra 989,2 millions $, en hausse de 11,8 millions $. 

Dans son programme triennal d’immobilisations, Shefford compte investir 2 390 663 $ en 2020, en grandes parties dans son réseau routier. Trois millions de dollars ont par ailleurs été prévus en 2021 pour la construction du centre multifonctionnel. « L’objectif est de le faire en même temps que le Lab-École, car les deux édifices vont communiquer. On pense commencer la construction en 2021. »

Cet important projet fait grimper les prévisions en immobilisations à 5 172 483 $ en 2021. L’année suivante, on estime les dépenses à 1 490 138 $.