Isabelle Charest 

Budget 2020: Charest et Bonnardel au centre de dossiers prioritaires

Les fonds dégagés pour la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), la lutte à la violence faite aux femmes, le sport scolaire et le transport collectif dans le budget 2020 de la CAQ réjouissent les députés de la région et ministres François Bonnardel et Isabelle Charest.

Mme Charest, ministre responsable de la Condition féminine, était tout sourire lors de son apparition à Tout le monde en parle, le 8 mars. Sans pouvoir dévoiler les détails du budget concernant les femmes violentées, son attitude laissait présager de bonnes nouvelles.

À LIRE AUSSI: Un budget 2020 vert pâle

Des 86 millions de dollars déjà prévus s’ajoutent 181 millions pour rehausser le Plan d’action gouvernemental en matière de violence conjugale. « Je suis extrêmement satisfaite du travail de concertation qu’on a eu pour dégager ces sommes-là », commente-t-elle.

« La grosse partie du financement va aux maisons d’hébergement, souligne la députée de Brome-Missisquoi. [...] Des cellules d’intervention sont en projet pilote, comme la cellule AGIR, et qu’on va déployer à plus grande échelle. [...] »

À LIRE AUSSI: Budget 2020: des sommes pour les femmes, les enfants et les autochtones

Du financement est également prévu pour les organismes qui œuvrent auprès des conjoints violents et des recherches seront menées sur les bracelets électroniques. « Ça a été exploré il y a quelques années, puis mis de côté. Il ne faut écarter aucune solution pour sécuriser les femmes. »

François Bonnardel

Isabelle Charest est aussi heureuse de la bonification de l’enveloppe pour les infrastructures sportives scolaires, qui grimpe à 100 M $ sur dix ans.

Plus de ressources pour la DPJ

La mise sous tutelle de la DPJ de l’Estrie résonne également dans le budget. « Il va y avoir des sommes importantes pour éviter des situations comme on a vécu à Granby, mentionne François Bonnardel. Ce sont 450 M $ sur cinq ans pour de l’embauche d’intervenants. »

Il est crucial, selon lui, de redonner confiance en la Direction de la protection de la jeunesse, mais aussi d’engager des intervenants qui permettront de faire diminuer la liste d’attente. Le député de Granby et ministre des Transports est conscient que les conditions de travail doivent aussi être plus intéressantes.

« On a certainement un verdict organisationnel à comprendre entre le [milieu de la santé], la DPJ et [le milieu] de l’éducation. Dans tout ça, ce qui est important est d’être capable de répondre aux besoins et intervenir. On ne pouvait pas laisser la situation comme elle est. On vit une situation plus que particulière chez nous. »

Il souligne que 400 intervenants ont été engagés au Québec dans la dernière année, mais que les besoins sont toujours criants à Granby.

« [...] Le drame de Granby a sensibilisé tous les Québécois à des situations inacceptables d’enfants négligés. »

Quant aux transports, il évoque que le budget est axé sur l’avenir avec des sommes notamment pour le transport collectif.