Le DG de Bromont Éric Sévigny, le conseiller Pierre Distilio, le maire Louis Villeneuve­ et le directeur des finances Richard Joyal

Budget 2019 à Bromont: sous le signe de la croissance

La majorité des contribuables bromontois ne devraient pas avoir de mauvaise surprise en ouvrant l’enveloppe de leur compte de taxes pour l’année à venir. Seule la tarification des services résidentiels subira une minime augmentation. Comme l’ont fait précédemment Cowansville et Granby, Bromont hausse les droits de mutation, la fameuse « taxe de bienvenue », pour les immeubles de 500 000 $ et plus.

Après avoir adopté un budget « transitoire » pour 2018, Bromont amorcera une série de projets au cours de l’année à venir, sans toutefois amputer le portefeuille des citoyens. « La bonne santé financière de la Ville et les perspectives de croissance nous permettent de poursuivre les investissements sans impact sur le compte de taxes », a résumé lundi le maire de Bromont, Louis Villeneuve, dans le cadre d’un point de presse dévoilant les grandes lignes du budget 2019.

En ce qui concerne les indices de taxation pour 2019, on assiste à un copier-coller. Celui des résidences demeure donc à 0,76 $ par 100 $ d’évaluation, et de 0,79 $ pour les immeubles de six logements et plus. Le taux commercial reste à 1,69 $. Idem pour celui du secteur industriel, qui sera inchangé à 2,25 $.

En ce qui concerne la tarification des services, globalement, la collecte et le traitement des matières résiduelles connaîtront une légère augmentation de 14,50 $.

Droits de mutation

Comme bien des municipalités au Québec, Bromont a choisi de se prévaloir de certaines dispositions de la loi 122, adoptée en 2017. Ainsi, la majorité des contribuables devraient bénéficier de la hausse du taux du droit de mutation pour les transactions supérieures à 500 000 $, qui passera alors de 1,5 % à 3 %, la valeur moyenne des résidences étant de 344 321 $. Cette mesure devrait rapporter près d’un demi-million de dollars annuellement à la Ville. D’ailleurs, les revenus de la municipalité devraient franchir la barre de 30 millions cette année, en croissance de 1,5 million (5,42 %) comparativement à 2018.

Dépenses

L’an dernier, les dépenses de fonctionnement avaient connu une hausse de 1,55 %. On parle également d’une augmentation dans ce poste budgétaire en 2019, cette fois de l’ordre de 4,98 %. « Lorsqu’on vient ajouter au parc immobilier 200 résidences par année, avec de nouveaux tronçons de rue à entretenir, il y a également des services à offrir, car la population augmente. Ça met donc une certaine pression sur les dépenses », a fait valoir le directeur des finances et du développement économique, Richard Joyal, soulignant que la moyenne de cet accroissement est de 3,3 % au cours de 2017-2018. « On est à l’intérieur de notre cadre financier, qui prévoit que [les dépenses] ne devraient pas dépasser plus de 3,5 % par année », a-t-il renchéri.

Projets

Le cadre financier adopté en 2016 restreint l’octroi de sommes pour la réalisation de projets en plafonnant la dette à 6,5 millions annuellement.

Parmi les principaux projets à venir, notons l’aménagement de la place publique. Une enveloppe de deux millions y sera consentie. À cela s’ajoute la réfection du centre culturel St-John. Les élus ont accordé près de 1,4 million à cette initiative. La phase initiale d’aménagement des infrastructures du Parc des sommets (248 000 $) et la contribution pour la construction du vélodrome couvert (1 M$) sont aussi au programme.

Pour de plus amples renseignements, consulter le budget en ligne via le site de la Ville, bromont.org.