Le propriétaire du Bistro 633, Luc Viens, s’est dit soulagé de pouvoir tourner la page sur le différend concernant le bruit émanant des spectacles extérieurs sur la terrasse du commerce.

Bruit au Bistro 633: «On remet le compteur à zéro»

Le bras de fer judiciaire concernant le bruit émanant des spectacles extérieurs au Bistro 633 à Bromont est chose du passé. Les procureurs de la Ville et du restaurateur, Luc Viens, en sont venus à une entente hors cour mercredi concernant les nombreuses contraventions contestées par le commerçant. Le règlement sur les nuisances de la municipalité demeurera donc inchangé.

Le dénouement de cette saga réjouit le maire de Bromont, Louis Villeneuve. « On ne voulait pas d’une confrontation en cour qui aurait coûté cher aux citoyens de Bromont. Il ne faut pas perdre de vue que l’entente entre les deux parties permet aussi d’éviter que la Ville change sa règlementation. On voit que ça peut fonctionner si tout le monde y met du sien. Vraiment, c’est win-win. On remet le compteur à zéro », a-t-il fait valoir.

Selon le maire, les travaux réalisés au cours des derniers mois par le restaurateur pour atténuer le bruit perçu dans le voisinage de son commerce ont pesé dans la balance.

En fait, le différend a pris naissance en 2015. Luc Viens avait alors ajouté une terrasse à l’arrière de son établissement de la rue Shefford pour que des musiciens locaux s’y produisent durant la saison estivale.

Peu de temps après le début des prestations en plein air, le propriétaire a reçu la visite de policiers à la suite de plaintes de voisins.

L’homme d’affaires affirme avoir écopé d’une vingtaine de constats d’infraction, totalisant plus de 6000 $, pour bruit excessif. Amendes qu’il a contestées. Il faisait aussi face à une plainte à la Régie des alcools.

Pour dénouer l’impasse, les deux parties avaient amorcé une médiation l’an passé.

Devant la complexité du dossier concernant une éventuelle modification du règlement sur les nuisances sur son territoire, la Ville attendait la décision du tribunal à propos des contraventions émises au Bistro 633 avant de s’avancer.

Le dossier devait revenir à la cour municipale de Waterloo les 18 et 19 juin.

« Continuer dans le positif »
C’est avec grand soulagement que Luc Viens tourne la page sur le litige.

« Ça fait deux ans que ça dure. C’est drainant. Je n’ai jamais été de mauvaise foi depuis le jour un et je veux continuer dans le positif », a-t-il confié.

L’homme d’affaires a fait construire plusieurs infrastructures pour atténuer le bruit qui émane de sa terrasse arrière, afin de relancer ses activités extérieures en 2018.

« Après la première rencontre de médiation, j’ai retiré les toiles pour mettre des fenêtres, en plus de lier la terrasse au bâtiment principal. L’automne dernier, j’ai isolé le plancher avec des panneaux acoustiques. Puis au cours du dernier mois, j’ai isolé à 80 % le plafond avec des tissus acoustiques », a-t-il résumé.

À ce chapitre, le commerçant affirme avoir injecté plus de 75 000 $.

À cela s’ajoutent les frais juridiques.

« Mais, ce n’est pas parce que les plaintes sont tombées qu’on va entendre des guitares électriques ici », a-t-il assuré.

« Ça va demeurer de la musique d’ambiance faite par des artistes d’ici. »

Il n’a pas été possible d’obtenir mercredi les commentaires des plaignants dans le dossier.