Louis Villeneuve, maire de Bromont, se dit heureux et soulagé, mais aussi fier de la population qui s’est mobilisée pour le Parc des sommets.

Bromont officiellement propriétaire du Parc des sommets

Vendredi matin, la Ville de Bromont sera officiellement propriétaire du Parc des sommets. Jeudi, le conseil municipal a autorisé le maire Louis Villeneuve et la greffière de la municipalité à signer les actes notariés pour l’acquisition des nombreux lots de l’entente.

« À partir de demain, il y a à peu près l’équivalent du mont Royal qui va être préservé à vie, souligne le maire en entrevue. Peu importe le conseil municipal qui va passer après, il n’y a plus aucune maison qui va se construire là. »

La séance était rapide, décontractée et empreinte d’humour. L’adoption de la longue résolution incluant les détails de l’entente notariée a été proposée par Pierre Distillo. « Si j’ai bien compris, on a un parc intégral », a lancé Claire Mailhot avant de seconder son collègue.

« Je me sens très heureux, très soulagé aussi parce que ça n’a pas toujours été facile, ce dossier-là, commente M. Villeneuve. Je suis tellement fier de la population. Je suis allé dans d’autres villes dernièrement et on parle de nous. Je suis allé au sommet sur les Montérégiennes et Bromont était pris en exemple souvent. Pourquoi ? Parce que quand une population décide de se mettre ensemble et de dire qu’on s’en va dans telle direction, c’est difficile à arrêter. »

Victoire de la population
Membre du comité de financement, Gérald Désourdy parle aussi de victoire populaire.

« C’est phénoménal qu’une petite population de 9500 habitants puisse lever au-delà d’un million de dollars dans le milieu privé et qu’elle réussisse ensuite à mettre tellement de pression sur les gouvernements provincial et municipal pour lever les fonds nécessaires, en collaboration avec Conservation de la nature Canada pour faire l’acquisition. Je pense que toute la région va bénéficier de ce parc. »

Des citoyens se sont impliqués corps et âme depuis plus de cinq ans, tandis que d’autres ont donné du leur ponctuellement, offrant une aide cruciale aux « permanents ». Ils avaient tous le même désir de léguer un milieu protégé aux générations futures.

« Ce qui m’a incité à travailler là-dessus, c’est que, quand j’étais jeune, j’avais accès partout sur la montagne, raconte Gérald Désourdy. Mes enfants avaient accès à 50 % de la montagne et, si le projet résidentiel s’était réalisé, mes petits-enfants n’y auraient plus eu accès du tout. C’est une bonne raison ? »

Plus de 30 km de sentiers
Au-delà de 30 km de sentiers et plusieurs sommets s’ajouteront ainsi au réseau déjà existant à Bromont.

Certains des sentiers auront un usage multifonctionnel tandis que d’autres seront exclusifs à la marche, au vélo de montagne ou à l’équitation.

« Mais aussi, c’est l’accès aux sommets du mont Bernard, du mont Vison et du Pic du Chevreuil, ajoute M. Désourdy. Ceux qui n’ont jamais marché là-dedans n’ont pas idée de la richesse qui s’y trouve. »

Quelques installations
Ces sentiers seront balisés, mais aucune construction ne pourra être érigée, outre quelques installations déjà prévues dans l’entente.

« Il y a plusieurs servitudes de conservation, explique Louis Villeneuve. Il y a des endroits où l’on ne peut pas faire de sentiers [...]. Il y a l’aspect touristique, mais l’idée est de s’assurer que pour le reste de l’éternité, il n’y ait plus de développement. C’était déjà prévu dans les ententes que, pour un endroit, on sait qu’il y aura une petite cabane à sucre. [...] »

Celle-ci servira de refuge pour les marcheurs et sera également un écomusée de l’érable. Quelques chaudières seront installées. « On va entailler quelques arbres, en saison, pour permettre aux enfants et aux touristes de faire bouillir de l’eau d’érable. Il n’y aura pas de souper de cabane », assure le maire.

La signature des actes notariés est prévue ce vendredi, à 10 h, à l’hôtel de ville de Bromont. M. Désourdy se promet d’y être, afin de boucler la boucle, avant d’aller marcher dans les nouveaux sentiers officiellement protégés.