Le sommet du mont Brome a été remodelé et dégagé pour accueillir l’arrivée d’une remontée mécanique hybride et la construction d’un chalet de 300 places assises.

Bromont: la montagne en chantier

Après un été de travaux intensifs, le compte à rebours est commencé pour Bromont, montagne d’expériences, qui dévoilera vers la fin du mois de novembre les premiers jalons de son ambitieux projet Altitude, dont la première phase s’accompagne d’investissements de 25 millions de dollars.

À commencer par le nouveau télésiège six places hybride avec télécabines, qui sera accessible par le versant du Village. Le sommet du mont Brome a aussi été remodelé et dégagé pour accueillir l’arrivée de cette remontée mécanique et la construction d’un chalet de 300 places assises. Les fondations de ce nouveau bâtiment ont été coulées au cours des derniers mois. Les travaux seront terminés l’an prochain.

« La première journée, la mâchoire des habitués va leur tomber quand ils vont arriver en haut et voir tout l’espace qu’ils ont maintenant », a laissé tomber vendredi à La Voix de l’Est le président de la station touristique, Charles Désourdy, lors d’une visite du chantier.

Terminé, dit-il, le sentiment « d’engorgement » que les skieurs et planchistes pouvaient ressentir au sommet, alors que trois remontées mécaniques s’y rencontrent. Le paysage se laissera plus facilement admirer, croit M. Désourdy. Un programme de revégétalisation du plateau sera néanmoins mis de l’avant, précise Myriam Désourdy, qui œuvre aux côtés de son père à titre de conseillère aux communications.

D’importants travaux de remblai ont entre autres été nécessaires pour jeter les bases du futur chalet qui, à l’étage, permettra d’avoir vue sur le lac Brome et les montagnes environnantes.

Remontée

Le gros morceau de l’hiver sera cependant la mise en marche d’une nouvelle remontée mécanique, où alterneront 72 chaises et 18 télécabines, à raison de quatre chaises, suivies d’une télécabine. Cette nouvelle installation, qui sera 23 % plus rapide que l’ancienne — le sommet sera atteint en 4 min 25 s —, sera dotée d’un double embarquement et de deux zones distinctes à l’arrivée. La capacité de remontée bondira de 34 %, souligne Charles Désourdy.

L’allure qu’aura ce télésiège hybride n’est pas encore perceptible sur le terrain. Les pylônes ne sont pas tous installés, mais les travaux battent leur plein, à la base et au sommet de la montagne. « En théorie, la remontée va être prête pour la fin novembre », soit pour l’ouverture de la station, assure le patron de la montagne.

Il est cependant possible, relève-t-il, que le télésiège quadruple voisin soit mis à profit la première semaine, question de réaliser tous les tests sur la nouvelle remontée.

Bromont, montagne d’expériences a par ailleurs choisi d’aménager un atelier mécanique, en plus de la gare d’accueil de la remontée, au sommet. Une installation inspirée des stations européennes, note Charles Désourdy. Les mécaniciens auront ainsi dorénavant leurs quartiers au haut de la montagne.

Le télésiège quadruple débrayable démantelé pour faire place à la nouvelle remontée pourrait par ailleurs être réinstallé dans deux ans dans un autre secteur de la montagne, laisse-t-il savoir.

Ajustements

Également au cœur des travaux : quatre entrées électriques ont été ajoutées. Cela permettra entre autres d’augmenter de 30 % la capacité d’enneigement lorsque le mercure oscille autour de -5 degrés Celsius, souligne le président de la station.

Celui-ci affirme que l’opportunité offerte par la capacité accrue de remontée de la clientèle dans la montagne a en outre été saisie afin de réaliser certains travaux qui permettront de bonifier l’expérience hivernale.

Le dénivelé du dernier « pitch » de la piste Coupe du monde, difficile à entretenir et souvent boudé, car il était jugé trop abrupt, a ainsi été adouci et redressé, au terme de travaux de dynamitage. « Étant donné qu’on ajoute 900 skieurs à l’heure dans la montagne, il faut qu’ils aient des endroits pour descendre », dit Charles Désourdy.

Le service d’accueil, la billetterie et l’école de ski ont par ailleurs été regroupés dans l’immeuble qui accueille le service de location, de sorte que l’espace lunch du bâtiment principal a été bonifié.

Tous ces travaux s’inscrivent dans un plan global qui permettra des investissements totaux de 100 millions de dollars d’ici 2025. La moitié de cette somme sera consacrée à l’hébergement. De 150 à 200 unités d’hébergement seront aménagées dans le stationnement. La planification de cette deuxième phase est en cours. Charles Désourdy rencontrait vendredi des architectes à cet effet.

Le gouvernement du Québec a annoncé l’été dernier son soutien financier au projet.

Seule ombre au tableau, selon M. Désourdy : l’engouement de la clientèle pour les nouveautés à venir à la montagne ne se traduit pas encore dans la vente d’abonnements de saison, offerts jusqu’à dimanche à des tarifs présaison. « On a changé de système informatique. C’est peut-être plus compliqué à acheter. C’est un peu décevant. On va analyser tout ça la semaine prochaine », dit-il.