Le président du syndicat des copropriétaires de Blanc sur vert, Alain Veillette, accueille avec joie la décision de Bromont de prendre des mesures contre le promoteur du développement.

Bromont intervient dans le développement blanc sur vert, une aide bienvenue dans un long combat

Le syndicat des copropriétaires de Blanc sur vert se réjouit que la Ville de Bromont prenne des mesures contre les promoteurs du développement immobilier afin que celui-ci stabilise une paroi rocheuse menaçant de s'éroder. Il s'agit pour eux d'un important coup de pouce dans un long combat qui oppose le regroupement de citoyens à Construction Cholette, Foley, Lapointe.
Rappelons que la Ville de Bromont a récemment mandaté la firme d'avocats LeChasseur pour la représenter contre les promoteurs. Mercredi dernier, La Voix de l'Est rapportait que ceux-ci ont omis de respecter certaines dispositions d'un protocole d'entente les liant à la municipalité, concernant l'aménagement paysager du développement. Une partie des copropriétés est en effet construite aux abords d'une paroi rocheuse aux prises avec un problème d'érosion. L'aménagement paysager exigé par Bromont «vise à stabiliser la paroi et à assurer la sécurité du site», indiquait la mairesse Pauline Quinlan la semaine dernière. Danger Actuellement, un filet de jute est installé en bordure de la paroi, mais la mesure semble inefficace en cas d'éboulement majeur. «Ça ne tient rien, on appelle ça nos toiles d'araignées, déplore Alain Veillette, président du syndicat de copropriété qui représente 150 portes. Il y a de petits éboulements déjà dans la cour des gens. La paroi s'effrite et les arbres tiennent dans le vide.» Il accueille positivement l'action intentée par la Ville, dont il a pris connaissance dans nos pages. «J'étais vraiment content, parce que si la Ville n'avait pas pris à sa charge le dossier, on n'aurait pas eu le choix de le faire. On avait envoyé une mise en demeure au promoteur à ce sujet-là et on s'est fait montrer une lettre de l'aménageur qui disait que tout était conforme», note celui qui estime entre 50 000 $ et 100 000 $ le coût des travaux pour sécuriser l'endroit.
Tous les détails dans notre édition de lundi