Le directeur de l’urbanisme Marc Béland, les concepteurs Ariane Malo et Olivier Legault, et le maire Louis Villeneuve se trouvent sur le site de la future place publique.

Bromont: deux scénarios pour la place publique

Le projet de place publique entame son dernier droit. À la suite de la consultation publique tenue en avril dernier, deux scénarios ont été proposés aux Bromontois jeudi soir. Ils ont jusqu’à la fin juillet pour se prononcer.

Il y avait foule à l’emplacement de la future place publique qui donne sur la rue Shefford, entre les cafés 1792 et l’Apothicaire. Deux scénarios issus des principales demandes de la population étaient proposés aux citoyens. 

Comme le souligne le conseiller Michel Bilodeau, la consultation publique a permis de souligner plusieurs consensus quant à la forme que devra prendre la place. Ainsi, les deux scénarios proposés par la fondation Rue principale, qui se spécialise dans ce genre de transformation urbaine dans l’ensemble du Québec, avaient plusieurs éléments en commun.

Deux scénarios

Le premier scénario, nommé « L’allée plantée », propose une place aux lignes très contemporaines, avec des jets d’eau à même le sol qui peuvent être arrêtés afin de laisser plus d’espace dans le cadre d’événements.  

Le second, « L’allée des possibles », présente des courbes « rappelant des rivières ou des sentiers en nature », comme l’explique le coordonnateur du projet, Olivier Legault. Ce plan inclut un labyrinthe de plantes graminées et une fontaine. Dans les deux cas, plusieurs îlots de verdure, arbres et endroits pour s’asseoir avec une vue sur le mont Brome sont prévus.

Station-service

Les concepteurs des deux scénarios ont dû prendre en compte la volonté de la Ville d’organiser des événements à ce lieu de rassemblement. Une importante superficie devra être pavée. « Les arbres vont créer de l’ombre sur une trentaine de pieds et, en attendant qu’ils atteignent leur maturité, ça sera possible d’installer des structures temporaires pour faire de l’ombre », rassurait Ariane Malo de la fondation Rue principale. 

Une « station-service » totalement différente de celle occupant anciennement l’endroit est également prévue dans les deux cas. Son usage exact n’est pas encore décidé, mais le bâtiment devrait accueillir des toilettes publiques et une station de réparation de vélo.

Marché public 

Plusieurs citoyens ont souligné qu’ils aimeraient voir un marché public s’installer périodiquement à cette nouvelle place. « Je pense que c’est réaliste dans la façon que c’est présenté », estime le maire de Bromont Louis Villeneuve. 

Les quelques citoyens questionnés par La Voix de l’Est ont dit avoir une préférence pour le scénario 2, notamment en raison de la fontaine, tout en soulignant apprécier plusieurs éléments du premier plan. « Ça sera possible de prendre des éléments des deux scénarios dans le projet final », précisait le conseiller Jacques Lapensée. 

La municipalité a d’ailleurs lancé un sondage sur son portail B-CITI qui permet aux citoyens de nuancer leurs préférences sur les deux scénarios. 

Le site, aujourd’hui verdoyant, a abrité pendant de longues années le garage Lequin qui a contaminé le site qui a dû être nettoyé par la Ville de Bromont. Comme l’explique le directeur du service d’urbanisme de Bromont, Marc Béland, le travail effectué permet l’aménagement du parc, mais pas la construction d’unités d’habitations.   

Coûts inconnus

Les coûts totaux du projet demeurent encore à confirmer. Plusieurs détails demeurent à préciser, notamment la nature de la station-service qui représente une dépense très variable, dépendamment de l’utilisation qui en sera faite. 

« Depuis l’acquisition, avec la destruction des bâtiments et la décontamination, la Ville a déjà investi un million de dollars », explique le directeur général de Bromont, Éric Sévigny. Le maire Louis Villeneuve précise toutefois que la municipalité aura droit à certaines subventions, notamment pour l’enfouissement des fils électriques. 

Le sondage, en ligne depuis jeudi, sera ouvert jusqu’au 20 juillet. Par la suite, le choix final reviendra au conseil municipal. Selon le maire de Bromont, l’objectif est de commencer les soumissions en début d’année 2019 afin que les travaux soient terminés à l’automne de la même année.