On retrouve dans la zone de conservation provenant du site du projet Vert Forêt plusieurs arbres matures ainsi que des espèces floristiques à «haute valeur écologique».
On retrouve dans la zone de conservation provenant du site du projet Vert Forêt plusieurs arbres matures ainsi que des espèces floristiques à «haute valeur écologique».

Bromont bonifie ses aires protégées

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Il y a quelques années, on aurait pu qualifier d’utopique le projet de Bromont d’avoir 20 % de son territoire protégé. Or, le défi est en voie d’être relevé. La municipalité, de concert avec la Société de conservation du mont Brome, vient de franchir une nouvelle étape en ce sens, en ajoutant deux sites à haute valeur écologique qui s’étendent sur près de 29 hectares.

Le projet domiciliaire Vert Forêt s’enracine depuis quelques années déjà au cœur d’une nature luxuriante à Bromont, près du Domaine naturel du lac Gale. Dès ses balbutiements, l’initiative était axée sur la préservation de son milieu. Gestion Terrart, qui a repris le flambeau pour la suite du projet, a poursuivi dans cette veine en donnant à la Ville près de 17 hectares aux fins de conservation.

« On fait du développement immobilier dans le respect maximal de l’environnement. On veut protéger les milieux naturels sensibles, indique Hugues Ouellette, un des partenaires dans l’entreprise. Avec notre don dans Vert Forêt, on préserve des sommets et on participe à la “décarbonisation” du secteur. En même temps, on connaît la fragilité du bassin versant du lac Bromont. C’est donc évident que la déforestation n’est pas souhaitable. »

Il s’agit en fait d’un projet de longue haleine qui connaît un heureux dénouement pour la Société de conservation du mont Brome (SCBM).

« La SCMB avait déjà présenté un intérêt à préserver cette zone au début du projet de développement immobilier. L’évaluation écologique de Vert Forêt, faite il y a 3 ans environ, démontrait plusieurs choses à protéger sur la base de valeurs écologique, floristique et biologique. Entre autres plusieurs arbres matures, un milieu humide au centre des lots avec un ruisseau qui se déverse à l’occasion dans le lac Bromont », a mentionné la présidente de la Société, Claudette Duclos.

La municipalité a accordé près de 40 000 $ au projet d’acquisition de la portion à protéger dans Vert Forêt. Cette somme sera notamment dédiée au volet administratif et aux frais liés à la transaction. Si tout se déroule comme prévu, le transfert officiel des droits sur le terrain, qui représente environ la moitié du vaste site (32 hectares), devrait être conclu d’ici le début de 2021.

Haute valeur

Outre la qualité de la faune et de la flore qui se retrouvent sur le site à protéger dans Vert Forêt, le fait que l’endroit soit contigu au Domaine naturel du lac Gale lui confère une « très haute valeur », a souligné la conseillère municipale Claire Mailhot, responsable notamment des dossiers de développement durable, d’urbanisme et en environnement. « On parle d’un superbe site. C’est un ajout de grande qualité à notre zone de conservation. »

Une partie du terrain permettra de prolonger un sentier existant dans le Domaine, qui mène à un pic en montagne. Une vaste partie du terrain sera en conservation, et donc inaccessible au public », a spécifié Mme Mailhot, qui représente le district en question.

Objectif

La SCMB a comme but de protéger 405 hectares de terrains. L’objectif semble plus que jamais atteignable. En plus du don de Vert Forêt qui doit se concrétiser sous peu, l’organisme vient en effet d’acquérir une propriété d’un peu plus de 12 hectares dans le même secteur.

« On a vraiment un bon momentum. On en est très fiers de pouvoir bonifier le patrimoine naturel de Bromont », a fait valoir Claudette Duclos, précisant qu’à ce jour, l’organisme à but non lucratif a dans son giron des terrains totalisant un peu plus de 331 hectares.

Ce récent projet d’acquisition, nommé Accolas en raison du nom de famille du donateur, permet donc d’accroître les corridors naturels pour la protection étant donné sa proximité avec les autres sites en conservation.

Loin de s’asseoir sur ses lauriers, la Société de conservation prépare déjà un plan de match pour 2021 et ses membres s’affairent à dresser le bilan de l’année en cours.

À LIRE AUSSI: Bromont ajoute 200 acres de son territoire en zone de conservation