Les candidats du programme «Place aux jeunes» rencontrent des acteurs économiques qui deviennent des références en vue de leur installation en région.

Brome-Missisquoi veut séduire les jeunes diplômés

Brome-Missisquoi est en mode séduction depuis jeudi. Une douzaine de jeunes diplômés sont en visite dans la région dans le cadre du programme du « Place aux jeunes ». L’objectif : qu’un maximum d’entre eux déplace ses pénates au sud de l’autoroute 10.

La MRC Brome-Missisquoi bénéficie depuis plus d’une vingtaine d’années de ce programme rattaché au Secrétariat de la jeunesse.

Qu’ils soient issus d’une formation professionnelle, d’un programme collégial ou universitaire, ces jeunes âgés âgés entre 18 et 35 ans ont accès à un très large soutien du programme et de ses représentants en région.

L’agent de migration Nicolas Luppens accompagne un groupe d’une douzaine de candidats qui compléteront samedi un séjour exploratoire de trois jours dans Brome-Missisquoi. « C’est une tournée qui permet de voir les principaux attraits, a-t-il expliqué avec dynamisme. Il y a bien sûr des incontournables comme Cowansville ou Bromont, mais selon les intérêts des participants, on visite d’autres municipalités. »

Les participants ont notamment découvert les attraits de Notre-Dame-de-Stanbridge, Frelighsburg et Lac-Brome.

Quatre des douze jeunes adultes ont déjà adopté la région, selon Nicolas Luppens.

Annie Borduas est l’une d’entre eux. Diplômée en médecine vétérinaire, elle s’est installée à Farnham au début de l’année. « La visite m’a permis de réaliser qu’il y a plein d’activités que je peux faire près de chez moi et de rencontrer d’autres personnes qui viennent aussi de s’installer », a indiqué celle qui souhaite découvrir davantage la région.

L’essentiel de la visite de trois jours est gratuit. Les coûts sont assumés par le programme «Place aux jeunes».

Pour éviter que l’offre se transforme en expédition tout inclus, l’agent de migration demande aux participants de remplir un formulaire avec leurs besoins et leurs attentes. « Je passe également du temps au téléphone à discuter avec les gens afin de sentir s’ils sont prêts à venir s’installer ici », a ajouté Nicolas Luppens.

Collaboration

Puisque l’objectif premier du programme est l’installation de jeunes diplômés dans la région, une partie importante du séjour est consacré à la rencontre avec des acteurs du milieu économique

« Selon leur domaine professionnel, les participants sont jumelés avec des parrains qui peuvent répondre à leurs questions et les mettre en contact avec les bonnes personnes. Le réseautage, c’est le principal défi pour quelqu’un qui vient de l’extérieur », a fait valoir l’agent de migration.

Nicolas Luppens travaille en étroite collaboration avec la MRC et Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY).

« Avec la stratégie d’attractivité, on en a fait beaucoup du côté marketing. C’est vraiment complémentaire avec le programme », a souligné Catherine Lizotte, agente de développement en immigration à la MRC.

Les trois acteurs se partagent les candidats selon leurs besoins. SERY s’occupe de soutenir les néo-québécois dans leur installation dans la région et la MRC donne un coup de pouce aux jeunes sans diplôme et aux candidats plus âgés.

Nicolas Luppens se consacra pour les prochaines semaines à organiser des visites individuelles pour des candidats aux besoins plus précis. D’autres visites collectives devraient cependant avoir lieu plus tard dans l’année.