Robert Desmarais, directeur général de la MRC Brome-Missisquoi

Brome-Missisquoi investit pour la qualité de l'eau et l'attraction de nouveaux travailleurs

La MRC Brome-Missisquoi mettra plus d’efforts dans la gestion de l’eau de son territoire et l’attraction de nouveaux travailleurs. Le montant alloué pour ces deux postes budgétaires a augmenté dans le budget à la hausse de 2019 adopté la semaine dernière.

Le budget adopté à l’unanimité par les maires de la région augmente de 1,8 M$ pour s’établir à 11 128 834 $. Les quotes-parts aux municipalités augmentent, mais le taux de taxation diminue.

« Au niveau des revenus, les quotes-parts augmentent de 5,6 % pour s’établir à 1 042 682 $, explique le directeur général de la MRC, Robert Desmarais. Les maires avaient demandé, avant la nouvelle quote-part [pour la stratégie d’attractivité] que l’augmentation soit limitée à 3.06 % sur les autres quotes-parts. C’est ce qu’on a fait. »

Le taux de taxation diminue pour atteindre son niveau le plus bas depuis 2015, soit 4,03 ¢ du 100 $ d’évaluation. Malgré cette baisse, la hausse de la richesse foncière, qui atteint maintenant 10 milliards de dollars, rapporte plus de taxes à la MRC. Les propriétés ont connu une augmentation et la valeur des terres connait une croissance importante également. « Ça fait 600 M$ d’augmentation de richesse foncière, dont 150 M$ qui viennent de nouvelles constructions sur notre territoire. »

La MRC prévoit un budget supplémentaire de 900 000 $ pour la gestion de l’eau. L’enveloppe totale atteint près de 1,8 M$. M. Desmarais explique que des travaux d’amélioration dans les cours d’eau seront effectués pour affronter les changements climatiques. Ces travaux viseront à améliorer la vie aquatique, les bandes riveraines, la rétention d’eau et le contrôle de l’érosion.

Contrer la pénurie de main-d’œuvre

La Stratégie d’attraction de nouvelles populations bénéficiera quant à elle d’une enveloppe de 666 425 $ pour la poursuite de son déploiement. Les maires prévoyaient 1 M$ pour la première phase sur trois ans afin de faire valoir les atouts de la région et ainsi attirer de nouveaux travailleurs. Cette stratégie vise à pallier la pénurie de main-d’œuvre qui freine le développement économique de nombreuses entreprises de la région.

Le développement économique aura droit aussi à une augmentation de budget de 116 000 $. La MRC continuera son travail dans le projet de train Montréal-Sherbrooke. Le transport de marchandises par train serait un avantage indéniable pour les principaux pôles économiques de Brome-Missisquoi, souligne le directeur général.

Sur un tout autre plan, le fonctionnement des écocentres sera revu afin de répondre davantage aux besoins de la population. « Il y a tellement de demandes que nos si écocentres, ouverts chacun une fois par mois, sont débordés, explique M. Desmarais. On veut augmenter nos jours ouvrables. On veut continuer cette formule d’écocentres décentralisés, mais on se rend compte qu’un samedi par mois pendant huit mois ce n’est pas assez. On ne pensait pas que ça allait être aussi populaire, et on en est bien content. »

Il n’est toutefois pas question d’ouvrir en hiver pour le moment.

En 2019, il y aura aussi le traitement des matières organiques. L’ensemble des municipalités partenaires devrait avoir amorcé les collectes au printemps.

« L’amélioration de nos services de santé, c’est encore dans nos priorités. On a un comité au niveau du territoire qui est formé de gens du réseau de la santé, médecins, fondations, élus municipaux, organismes communautaires pour travailler avec la direction du CIUSSS et s’assurer que les services sont de bonne qualité et que les investissements continuent à se faire. »

Fin de la pépinière et de Jeunes en mouvement

Le Pacte Brome-Missisquoi aura une enveloppe moins importante de 50 000 $, cette somme étant réaffectée à la stratégie d’attraction de nouveaux travailleurs.

Le programme Jeunes en mouvement disparaît de son côté en 2019. La subvention gouvernementale est terminée. Jeunes en mouvement Brome-Missisquoi était un regroupement local de partenaires soutenu financièrement par Québec en Forme depuis 2009. L’objectif était de créer des milieux de vie facilitant l’adoption et le maintien de saines habitudes de vie pour les enfants de 0 à 17 ans et leur famille.

De plus, la MRC ne fera plus pousser d’arbustes — destinés aux bandes riveraines — dans sa pépinière l’an prochain. Les arbustes seront dorénavant achetés à un fournisseur avant d’être redistribués. « On va avoir des arbustes de moins gros calibre, mais c’était devenu trop compliqué de faire pousser nos arbustes nous-mêmes. »

Le budget entrera en vigueur le 1er janvier.