La MRC Brome-Missisquoi ne renouvellera pas son bail pour la location d’un terrain de 2,5 hectares à la Ville de Lac-Brome, là où se trouve sa pépinière de bandes riveraines.

Brome-Missisquoi cessera l’exploitation de sa pépinière de bandes riveraines

La MRC Brome-Missisquoi n’exploitera plus sa pépinière de bandes riveraines à Lac-Brome. Les coûts élevés pour produire elle-même des arbustes l’ont amenée à prendre cette décision. L’organisme municipal s’approvisionnera dorénavant auprès de pépinières privées.

Les coûts de production de chaque arbuste s’élèvent à 3,25 $, explique Valérie Nantais-Martin, coordonnatrice en environnement à la MRC. Or, les prix sur le marché sont moins élevés, dit-elle. D’où le choix des maires de changer de stratégie en testant le marché, ajoute-t-elle.

Au terme d’un appel d’offres, la MRC a octroyé la semaine dernière un contrat de 19 500 $ (plus taxes) à Aiglon Indigo pour l’achat de 10 000 arbustes en 2018 et 10 000 autres en 2019. C’est moins d’un dollar (avant taxes) pour chaque plant, fait remarquer Mme Nantais-Martin.

Ce changement d’approvisionnement n’affecte aucunement le dessein de la MRC en matière de protection des cours d’eau, de lutte à l’érosion et au phosphore, souligne Mme Nantais-Martin. « On n’abandonne pas notre objectif de revégétaliser toutes les bandes riveraines sur notre territoire », insiste-t-elle. « Il faut continuer le travail, que les gens continuent de planter des arbustes », dit-elle, rappelant que la MRC s’est dotée de normes strictes concernant les bandes riveraines.

La MRC a aménagé au printemps 2009 sa pépinière sur un terrain de 2,5 hectares attenant à l’usine d’épuration des eaux usées de la Ville de Lac-Brome. Chaque année, 25 000 semis ont été mis en sol. La première récolte a été effectuée en 2012 et tous les arbustes étaient destinés aux bandes riveraines sur le territoire de la MRC. De grandes municipalités exploitent des pépinières, mais celle de Brome-Missisquoi est unique en son genre.

Demande à la baisse
Les arbustes servent pour le projet Virage Rivages de la MRC. En moyenne, 20 000 ont été utilisés chaque année dans le cadre de ce programme de revégétalisation des berges. Les 5000 autres ont été remis aux 21 municipalités de la MRC qui les offraient à leurs résidants.

La demande des municipalités s’est toutefois amenuisée au fil des ans. En 2014, des arbustes ont ainsi été vendus à des municipalités à l’extérieur de la MRC. En 2016, la MRC a également éprouvé des difficultés à trouver preneur pour tous ses arbustes.

L’idée d’aménager une pépinière destinée aux bandes riveraines est née des difficultés de la MRC à s’approvisionner en arbustes indigènes propices à être plantés le long des cours d’eau. Le ministère des Ressources naturelles, vers qui les municipalités et MRC se tournaient alors pour en obtenir, était incapable de répondre à leurs besoins. Les prix demandés dans les pépinières privées excédaient par ailleurs les ressources financières que la MRC voulait investir à cette fin.

L’aménagement du site a coûté 225 000 $. Le budget annuel de la pépinière était de 35 000 $. L’ensemble des municipalités en assumait les coûts. La MRC estimait à l’époque qu’elle économiserait 80 % des coûts en exploitant sa pépinière comparativement à l’achat d’arbustes au secteur privé.

Le marché a cependant évolué, note Mme Nantais-Martin. « Les pépinières offrent maintenant les bons arbustes pour les bandes riveraines. Les prix sont très intéressants. C’est avantageux pour les citoyens et la MRC », dit-elle.

Le projet Virage Rivages a remporté en 2012 un prix lors du gala excellence en environnement des Cantons-de-l’Est.