Pierre Paradis, libéral de longue date.

Brome-Missisquoi: à qui le château fort?

Après 38 ans dans le giron libéral, la circonscription Brome-Missisquoi changera-t-elle de couleur, le 1er octobre prochain ? Tout est possible alors que le député Pierre Paradis, invaincu depuis 1980, tirera vraisemblablement sa révérence. Une chaude lutte se dessine pour s’emparer du château fort.

En 2014, M. Paradis avait été réélu avec 44,5 % des suffrages. Au sommet de sa gloire, au milieu des années 1980, le ténor libéral avait su rallier pas moins de deux électeurs sur trois. 

Or, la carrière politique de celui ayant dirigé au fil des ans les ministères du Travail, des Affaires municipales, de la Main-d’œuvre et de la Sécurité du Revenu, de l’Environnement et de la Faune ainsi que de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation s’est terminée en queue de poisson avec son exclusion du conseil des ministres, puis du caucus libéral en janvier 2017, après que des allégations d’inconduite sexuelle aient fait surface. Aucune accusation n’a été déposée par le Directeur des poursuites criminelles et pénales. Au même moment, l’élu s’était retiré de ses fonctions après avoir subi une violente commotion cérébrale à la suite d’une chute à cheval dont ses proches disent qu’il subit encore les effets. Il n’est jamais retourné à l’Assemblée nationale depuis.

La situation s’est de nouveau envenimée en juin 2018, quand la Commissaire à l’éthique et à la déontologie des élus de l’Assemblée nationale, Ariane Mignolet, a rendu un rapport blâmant sévèrement le député de Brome-Missisquoi, car il aurait fait bénéficier sa fille et son gendre de ses allocations de logement issues de fonds publics. L’élu s’était alors vivement défendu d’avoir contourné les règles et a mis en doute l’impartialité de la commissaire. Les libéraux ont finalement voté contre la sanction proposée, une amende d’environ 25 000 $.

Il souhaitait terminer sa carrière en réintégrant le giron libéral, sans solliciter de nouveau mandat, un souhait qui a été exaucé le 15 août dernier. 

Le libéral de longue date semble toutefois vouloir prolonger le suspense jusqu’à la toute dernière minute avant d’annoncer son retrait de la vie politique. 

Ingrid Marini, Parti libéral du Québec
Après avoir confirmé qu’il ne miserait pas sur le vétéran Paradis à la prochaine élection, le Parti libéral du Québec (PLQ) devait dénicher une candidature de taille pour tenter de conserver la circonscription où l’agriculture, le tourisme et les hautes technologies sont des secteurs économiques névralgiques. 

Ingrid Marini, Parti Libéral du Québec

Pendant un moment, les rumeurs ont envoyé la sommelière Jessica Harnois au front, mais celle-ci a choisi de ne pas se lancer dans la course. 

D’autres noms ont circulé, mais c’est celui d’Ingrid Marini, une résidente de Bedford, qui a finalement été retenu. Ancienne directrice de l’Association des Townshippers, Mme Marini occupe aujourd’hui les fonctions de directrice du développement des comptes corporatifs pour la firme de communication sans fil Orizon Mobile.

Le PLQ a confirmé la candidature de Mme Marini jeudi dernier.

Isabelle Charest, Coalition Avenir Québec
La Coalition avenir Québec mise gros pour remporter ce château fort libéral, bien connu pour ses vignobles et ses paysages montagneux et bucoliques. À plusieurs reprises, le parti — qui compte des députés dans les circonscriptions voisines de Granby, Iberville et Johnson — a laissé entendre qu’une victoire dans Brome-Missisquoi serait déterminante pour former un gouvernement majoritaire.

Isabelle Charest, candidate pour la Coalition Avenir Québec.

L’équipe de François Legault a repêché l’Olympienne Isabelle Charest pour briguer les suffrages. L’athlète, entrepreneure, relationniste, chef de mission d’Équipe Canada et mère de deux enfants affirmait, au moment d’annoncer son investiture, avoir « envie de nouveaux défis ». Elle souhaite ainsi participer à la « restructuration » du milieu de l’éducation au Québec, notamment en donnant plus de poids aux conseils d’établissement et en répartissant mieux les ressources au profit des élèves. Une position qui, à ses yeux, n’entre pas en contradiction avec son emploi au service des communications de la commission scolaire du Val-des-Cerfs.

Andréanne Larouche, Parti Québécois

Première candidate à avoir pris place sur la ligne de départ, la péquiste Andréanne Larouche est, pour sa part, bien connue dans la circonscription et son milieu communautaire, où elle s’implique depuis de nombreuses années, notamment au niveau du tourisme et de la justice sociale. L’ancienne adjointe du député bloquiste Christian Ouellet et présidente ex officio de l’assemblée locale du Parti québécois compte d’ailleurs miser sur l’économie sociale, l’accès au transport en commun et sur la protection de l’environnement pour conquérir la circonscription, où on dénombre 73 125 personnes et où deux habitants sur trois ont plus de 45 ans.

Andréanne Larouche, candidate pour le Parti québécois.

Alexandre Legault, Québec solidaire 
À 23 ans, Alexandre Legault vient de terminer des études universitaires en sciences politiques et en philosophie. Le candidat solidaire dans Brome-Missisquoi a également une feuille de route bien garnie. En plus d’avoir présidé l’association étudiante du Cégep de Granby et participé au Forum étudiant, il a reçu une médaille du lieutenant-gouverneur du Québec, en 2012, pour son implication sociale. Il a fondé l’association Québec solidaire-campus de l’Université de Montréal et travaille présentement comme coordonnateur au Marché public de Cowansville.

Alexandre Legault, candidat de Québec solidaire.

Le jeune candidat compte sensibiliser la population de la circonscription à des enjeux touchant l’environnement, l’éducation, l’équité et la justice sociale. Pour lui, il importe que les richesses du Québec profitent à tous et non seulement à une élite.

Elisabeth Dionne, Parti Vert du Québec
Titulaire d’un baccalauréat en études internationales de l’Université de Montréal, la Bromontoise de 22 ans a choisi de se spécialiser en coopération, développement et environnement. 

La candidate a déjà identifié quelques dossiers sur lesquels elle compte se pencher, à commencer par un soutien aux entreprises de la région pour l’embauche et la rétention de main-d’œuvre afin de sécuriser leurs opérations. Elle souhaite aussi les épauler pour contrer les conséquences du changement climatique. Le gouvernement, dit-elle, devra aider ces industries à effectuer la transition énergétique vers des énergies plus vertes.

Elisabeth Dionne, Parti Vert du Québec

Elle désire également bonifier l’offre de covoiturage et de transport en commun dans la région, en plus d’offrir davantage de soutien aux producteurs agricoles de la circonscription par des politiques d’achat local.

Manon Gamache, Citoyens au pouvoir du Québec

Manon Gamache, de Farnham, briguera les suffrages au nom du parti Citoyens au pouvoir du Québec. La mère de famille, jadis préposée aux bénéficiaires, puis secrétaire-comptable avant de devenir adjointe administrative, explique avoir décidé de sauter dans l’arène politique pour faire valoir ses convictions. Elle affirme également partager le sentiment d’impuissance et d’injustice que plusieurs éprouvent « face aux décisions que nous impose [sic] les plateformes gouvernementales actuelles », indique-t-elle dans une lettre de présentation.

Manon Gamache, Citoyens au pouvoir du Québec.

« Il est plus que temps que nous ayons notre mot à dire au quotidien au lieu de se laisser berner par de belles promesses qui ne durent que le temps d’une campagne électorale. »

La Voix de l’Est a sollicité une entrevue avec Mme Gamache via sa page Facebook de même qu’auprès du parti. Si la candidate n’a pas donné suite à notre demande, le chef Stéphane Blais s’était engagé à tenir une rencontre avec le journal, avant de ne plus retourner nos appels.

Résultats dans Brome-Missisquoi en 2014


Pierre Paradis (PLQ) 44,50%

François Lemay (CAQ) 27,90%

René Beauregard (PQ) 20,35%

Benoit Van Caloen (QS) 6,76%

Nicolas Pépin (ON) 0,49%