On voit ici des lingettes coincées dans une des pompes du réseau d’égout de Lac-Brome.
On voit ici des lingettes coincées dans une des pompes du réseau d’égout de Lac-Brome.

Bris de pompes d'égout à Lac-Brome: des lingettes qui dérangent

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Jeter des lingettes nettoyantes à la toilette peut sembler banal. Or, poser ce geste cause bien des problèmes à la municipalité de Lac-Brome, car cela engendre plusieurs bris et obstructions aux différents équipements des 18 stations de pompage.

Le phénomène s’est accentué au cours des dernières années, a indiqué en entrevue Marc-André Boivin, ingénieur à la municipalité de Lac-Brome. « Les gens utilisent de plus en plus les lingettes nettoyantes pour se laver les mains ou pour plusieurs autres tâches dans la maison. Malheureusement, plusieurs personnes croient que c’est comparable à des mouchoirs ou du papier [hygiénique] et s’en débarrassent dans la toilette. Le problème, c’est que ça ne se désagrège pas. C’est la même chose que des tampons ou des couches. »

L’accumulation de lingettes dans les égouts met constamment les équipes des travaux publics sur le qui-vive. 

« On a deux pompes dans chacune de nos stations de pompage. Une principale, l’autre en cas de bris de la première, a expliqué 

M. Boivin. Chaque mois, on a une pompe qui est obstruée ou brisée par des lingettes tressées à l’intérieur. Il faut soit la remplacer ou la réparer. »

Marc-André Boivin, ingénieur à la municipalité de Lac-Brome

Factures salées

Selon l’ingénieur, le prix des pompes varie de 20 000 $ à 50 000 $. Les factures pour les interventions des travaux publics sont donc très onéreuses. 

« On ne choisit pas quand une pompe sera bloquée ou brisée. Ça peut arriver de soir ou la fin de semaine. Des employés doivent souvent faire des heures supplémentaires pour réaliser les travaux. Au final, ce sont les citoyens qui paient pour tout ça. »

Et ce genre de problème n’est pas unique à Lac-Brome, a souligné Marc-André Boivin. 

« Presque toutes les villes font face à ce type de situation. Pourtant, c’est facile à régler et ça passe par la sensibilisation des citoyens. »