« Le Parti libéral ne va pas couper dans les services et les infrastructures, indique le candidat Pierre Breton. Nous, on investit dans les gens. »

Breton met en garde contre un gouvernement conservateur

Un gouvernement du Parti conservateur mettrait la hache dans les services et les investissements au détriment de la population, prévient le candidat libéral dans Shefford, Pierre Breton.

Rencontré dans son local électoral à l’occasion de son bilan de campagne, jeudi, le député sortant a rappelé que le parti d’Andrew Scheer a annoncé pour 54 milliards $ de coupes, ces dernières semaines.

« Le Parti libéral ne va pas couper dans les services et les infrastructures, indique M. Breton. Nous, on investit dans les gens. »

Il rappelle que le gouvernement de Justin Trudeau a mis en place plusieurs mesures venant en aide aux familles, aux aînés, aux entreprises et à l’environnement, et que sa circonscription a reçu 52 millions $ d’investissements fédéraux ces quatre dernières années. Des budgets que le Bloc québécois n’avait pas approuvés, fait-il remarquer.

« Shefford a repris sa place à la table des décisions, dit le candidat, et il faut continuer. »

Pierre Breton, qui sollicite un deuxième mandat, refuse de commenter les récents sondages donnant une légère avance au Bloc québécois dans sa circonscription ainsi qu’une mince avance au Parti conservateur au niveau national.

« Je ne commente pas les sondages, dit-il. Ce que je contrôle, c’est le comté de Shefford, où j’ai été très présent, et je fais confiance à la population canadienne. »

Blackface et santé financière

Il ne croit pas que l’épisode du blackface ait nui à la campagne de son chef. « Les gens ont vu que c’était une tactique de division, de peur. C’est ça le Parti conservateur. »

Questionné à savoir ce qu’il dirait à un électeur plus à droite pour tenter de le convaincre de faire confiance à son parti, M. Breton avance que le Canada « n’a jamais été en aussi bonne santé financière ».

« Le ratio dette/PIB (NB : produit intérieur brut) diminue d’année en année et le Fonds monétaire international a cité le Canada comme étant l’un des pays les mieux gérés, et de façon responsable ».

AbonnezvousBarometre

« Gars de la place »

Accompagné de son épouse Sophie Cabana et de plusieurs bénévoles, le candidat libéral a rappelé qu’il est « un gars de la place », contrairement à la plupart de ses adversaires dans Shefford, et qu’il entend continuer d’être « sur le terrain » au cours des quatre derniers jours de la campagne.

« C’est pas fini, dit-il, et on va avoir le pied dans le fond jusqu’à la fin. »