S’il est réélu le 1er octobre prochain, le député sortant François Bonnardel mettra tout en œuvre pour doter l’école secondaire J.-H.-Leclerc d’une nouvelle piste d’athlétisme en plus d’une surface sportive synthétique.

Bonnardel veut de nouvelles infrastructures sportives à J.-H.-Leclerc

S’il est réélu le 1er octobre prochain, le député sortant François Bonnardel mettra tout en œuvre pour doter l’école secondaire J.-H.-Leclerc d’une nouvelle piste d’athlétisme en plus d’une surface sportive synthétique.

« C’est un plateau qui mériterait de l’amour », relève le candidat, soulignant qu’il s’agirait d’un bel ajout pour le demi-siècle de l’école secondaire, qui a présentement 47 ans.

Le caquiste est convaincu que de meilleures infrastructures sportives sont gage d’un meilleur taux de réussite scolaire et d’un plus grand sentiment d’appartenance auprès de la clientèle étudiante. « Un plateau comme ça pourrait amener les futurs élèves à choisir cette école, croit le député sortant. En fait, toute nouvelle école devrait comprendre un plateau synthétique dans sa construction. »

« On est une ville qui travaille pour les saines habitudes de vie. Ça viendrait compléter l’offre sportive qu’on a pour nos jeunes », renchérit-il.

Un plateau sportif au goût du jour serait bénéfique pour les quelque 1200 élèves de l’école, mais aussi pour la population, allègue le candidat. « On accueille le plus gros tournoi de soccer au Québec [NDLR : l’International de soccer Jean-Yves Phaneuf], et on manque de plateaux sportifs. De plus, si jamais Granby souhaitait accueillir les Jeux du Québec, elle serait dotée d’un des plateaux les plus récents de ce type. »

S’il compare à ce qu’il en a coûté pour doter l’école sherbrookoise Le Triolet d’une telle infrastructure, il en coûterait deux millions de dollars, tout au plus, pour mettre la piste à niveau, estime M. Bonnardel. Il compte financer le tout en soumettant un dossier solide au Programme de soutien aux installations sportives et récréatives.