«Si la clinique reçoit deux nouveaux patients chaque jour, c'est presque 500 de plus par année», a fait valoir le candidat de la CAQ François Bonnardel en interpellant la direction du CSSS et les médecins.

Bonnardel craint un «chaos à l'urgence»

Le député sortant et candidat pour la Coalition avenir Québec François Bonnardel a lancé un cri du coeur hier pour la sauvegarde de la clinique d'accès du CSSS de la Haute-Yamaska, dont le financement connaît un avenir incertain. Il a réclamé du même souffle que les médecins de la clinique reçoivent 500 nouveaux patients chaque année pour répondre aux besoins de la population.
«La Ville donne une subvention importante à la clinique d'accès. Elle est en droit de se questionner quant au retour sur son investissement», a-t-il mentionné en précisant que parfois, la clinique n'avait pas de médecin disponible pendant des semaines.
«Toutefois, si la clinique est fermée, tous les patients inscrits se retrouveront à nouveau à l'urgence», a-t-il ajouté, disant redouter un «chaos».
Après deux ans d'existence, la clinique d'accès, sise rue Saint-Jacques, compte près de 2250 patients pour 4837 visites, alors que l'objectif était d'accueillir 4200 inscriptions et 5000 visites par année, a rappelé le candidat caquiste.
Tous les détails dans notre édition de lundi