Le maire sortant de la ville de Granby et à nouveau candidat, Pascal Bonin, veut donner un coup de pouce au centre-ville de Granby, notamment avec la mise en place d’une aide financière aux nouveaux locataires.

Bonin veut agir rapidement pour aider le centre-ville

Le maire sortant de la ville de Granby et à nouveau candidat, Pascal Bonin, souhaite agir rapidement pour donner un coup de pouce au centre-ville. La mise en place d’une aide financière aux nouveaux locataires commerciaux et l’aménagement d’un marché public trois saisons sont entre autres dans sa mire.

« On ne peut pas geler tout ce qu’il se passe en attendant d’avoir un plan complet. (...) On le sait qu’il y a des locaux vides : agissons », a-t-il laissé tomber à l’occasion d’un point de presse tenu vendredi sur le thème de l’économie.

Pascal Bonin précise que les actions qu’il souhaite mettre de l’avant dès 2018 ne nécessitent pas l’injection de sommes importantes. Elles s’élèvent à 500 000 $. Une partie de cette somme pourrait être puisée à même l’abolition du programme de rénovation de façades du centre-ville, qui est en perte de vitesse, selon lui, et profite d’une enveloppe de 250 000 $. 

Celui qui sollicite un deuxième mandat à la mairie dit s’inspirer de la ville de Trois-Rivières pour le programme d’aide financière aux nouveaux locataires commerciaux. Cet incitatif y a connu un bon succès, ce qui a contribué à enrichir la trame commerciale, dit-il. À Granby, un budget de 125 000 $ pourrait y être consacré. 

Au conseil municipal d’établir les règles et les types de commerces visés, dit Pascal Bonin. Mais, selon lui, 10 nouveaux commerces pourraient être créés d’ici 24 mois. « Ça donnerait un pouvoir d’attraction au démarchage », souligne celui qui souhaite ainsi attirer des bannières prisées des consommateurs, telles HMV, American Eagle Outfitters­ et Forever 21.

Marché public

Pascal Bonin aimerait aussi investir 375 000 $ pour aménager un marché public trois saisons, place Johnson. « Pourquoi attendre le réaménagement du centre-ville quand le marché public fait l’unanimité ? (...) Je pense qu’on est capable de faire quelque chose de très bien. Moi, je vois quelque chose de scandinave avec beaucoup de bois, des kiosques et un toit. Je ne parle pas d’un building­ permanent quatre saisons », dit-il en précisant que des modules de jeux pour enfants doivent aussi faire partie de l’aménagement. 

Le candidat à la mairie estime que la rue Principale n’est « pas morte ». Elle a juste besoin « d’un petit coup de pouce ». « C’est criant d’aider les commerces vides du centre-ville, qui nous donnent une mauvaise image, alors qu’il y a plein de potentiel. Je crois au centre-ville. (...) Ce que j’entends depuis le début de la campagne, c’est des choses lointaines. On va en parler, on va en discuter. Je ne suis plus rendu là. Je suis rendu à ce qu’on peut faire demain matin pour les aider. Le budget est dans quelques semaines », dit-il. 

Autre mesure importante, ajoute Pascal Bonin : les commerces existants doivent continuer à être accompagnés par l’organisme Commerce et tourisme Granby et région (CTGR).

Le maire sortant lance même l’idée que la salle multifonctionnelle qui sera aménagée dans la nef de l’église Notre-Dame puisse accueillir une production annuelle, à l’image de la Fabuleuse histoire d’un royaume à Saguenay. Qui sait, cela pourrait devenir une attraction touristique supplémentaire, glisse-t-il. 

Priorité : L’emploi 

En matière d’économie, le plus grand défi demeure par ailleurs l’emploi, estime Pascal Bonin. Quelque 200 emplois sont actuellement affichés sur le site de Granby Industriel­, souligne-t-il. 

« Le marché est en mouvement et on doit aller aussi rapidement qu’il change », juge le candidat à la mairie. À cet effet, des téléviseurs seront installés dans quelques semaines dans certains édifices publics, comme la bibliothèque municipale et le centre sportif Léonard-Grondin, afin de diffuser­ ces offres d’emplois. 

Pour attirer de nouvelles entreprises, Pascal Bonin s’engage aussi à prolonger dès l’an prochain les services d’aqueduc et d’égout de l’autre côté de la route 139 pour desservir une poignée de nouveaux terrains industriels. « On va les vendre très rapidement », croit-il. Selon lui, la venue de nouvelles entreprises devrait d’ailleurs être annoncée une fois les élections passées. 

Un plan d’action a en outre été élaboré par Granby Industriel en partenariat avec des acteurs socio-économiques locaux, souligne M. Bonin. Une des actions qui sera mise de l’avant vise le démarchage d’entreprises à l’international à temps plein. Ce mandat sera confié à Éric Tessier, directeur du développement industriel­ au sein de l’organisme, dit-il.

« C’est un modèle qui est déjà appliqué un peu à Drummondville et qui a connu beaucoup de succès, qui fait ses preuves », affirme Pascal Bonin. « Granby Industriel a fait des pas de géant depuis quatre ans et on doit continuer de faire du démarchage à l’international », conclut-il.