On voit ici les cofondateurs de Bon Vivant, Darko Popovic et Jérémie Aubut en compagnie du nutritionniste Nicolas Leduc-Savard. Le trio a séduit les dragons Nicolas Duvernois et Marie-Josée Richer.

Bon Vivant met deux dragons en appétit

À peine quelques mois après avoir bouclé leur campagne de sociofinancement, les cofondateurs de Bon Vivant, Darko Popovic et Jérémie Aubut, se sont retrouvés sous les projecteurs devant le panel de dragons de l’émission vedette de Radio-Canada, diffusée mercredi. Une rocambolesque aventure couronnée de succès qui, ils l’espèrent, propulsera leur entreprise à un autre niveau.

Une bonne dose de cran, un soupçon d’adrénaline et une part de chance. Voici trois des ingrédients qui ont mené les deux jeunes hommes d’affaires, dont le quartier général est établi à Granby, à gagner leur pari en faisant bonne figure devant la cohorte de chefs d’entreprises de la huitième saison de Dans l’œil du dragon. Seul Darko a perdu quelques dollars avant même de s’être pointé devant l’équipe de recherchistes. « J’avais misé 100 $ avec Jérémie qu’on n’allait même pas passer l’étape des auditions. J’étais dans le champ. Je n’ai jamais été aussi heureux de lui donner de l’argent », confie-t-il.

En fait, le duo n’était pas prêt à faire le grand saut. Du moins pas cette année. Leurs proches et leurs partenaires les ont convaincus du contraire. « On a beaucoup écouté les émissions des saisons précédentes. On trouvait qu’on n’avait pas assez de chiffres, d’expérience. On a quand même décidé de plonger. On a soumis les documents à la dernière minute. Deux jours après, j’ai fait une entrevue téléphonique. Deux semaines plus tard, on était en audition. C’est surréel », raconte Darko.

Démocratiser

Les deux entrepreneurs ont mis les bouchées doubles pour que leur projet se matérialise. Le duo a travaillé de concert avec un nutritionniste pour développer sa gamme de barres au chanvre : l’une combine les saveurs de café et de chocolat, la seconde la pomme puis la cannelle et la troisième, bleuets et canneberges. Il s’agit de produits végétaliens, sans gluten et sans noix. Chaque barre renferme entre autres des protéines, des fibres ainsi que des oméga 3.

Ils ont remporté une première victoire en lançant officiellement leur entreprise en octobre dernier. « On adore la nourriture à base de chanvre, mais on ne savait pas trop comment l’intégrer à notre alimentation quotidienne. Ça ne fait pas encore partie de la diète au Québec, mais c’est en forte croissance. Alors, ça a piqué notre curiosité. Notre concept, c’est de sortir le chanvre de la marginalité en le rendant plus accessible », avait indiqué Jérémie.

Invincibles

Darko et Jérémie sont passés par toute la gamme des émotions dans les studios de Radio-Canada, au terme de longs préparatifs aux côtés d’autres candidats. « La tension est hyper palpable, se remémore Darko. Certains pratiquent leur speech en tournant en rond, d’autres méditent ou prient et puis, il y a Jérémie [qui] est venu s’amuser dans un nouvel endroit aujourd’hui. Il se sent comme dans une visite scolaire au musée. »

Les heures ont tout de même défilé à vitesse grand V. « Ensemble, je crois qu’on s’est donné pour objectif de profiter de la journée. On n’a jamais pratiqué. On était beaucoup trop occupés à rire de Jérémie qui se fait maquiller ou à danser sur du AC/DC. »

Juste avant de se présenter sous les projecteurs, Darko est en pleine introspection, tandis que son associé fait des siennes. « Jérémie va recevoir une tape sur l’épaule quand c’est le temps de monter les marches. De mon côté, je continue à méditer et à prendre de longues respirations. Je veux canaliser mon énergie. En background, j’entends tout de même Jérémie qui demande à la régisseuse de quelle façon ils chauffent la bâtisse, vu l’immensité de la salle. »

« Juste avant de m’élancer, poursuit Darko, j’ai une vision hyper claire, qui dure une fraction de seconde. J’imagine ma mère qui voit son p’tit gars à la télé. Je reçois une bourrasque de bonheur. Je suis gonflé à bloc. L’adrénaline est indescriptible. On rentre sur le stage, Nicolas Duvernois nous sert un immense sourire chaleureux avec un “bonsoir”. Je nous sens complètement invincibles. »

Partenariat

Les deux acolytes ont rapidement piqué la curiosité de deux nouveaux dragons cette saison : Nicolas Duvernois, fondateur de Pur Vodka et sa collègue Marie-Josée Richer, cofondatrice de la marque de collations bio Prana. « Ça a été corsé, mais on a adoré nos échanges avec eux. Je crois qu’ils ont été impressionnés par notre passion », indique Darko.

Les jeunes entrepreneurs proposaient aux dragons d’obtenir 28 000 $ en contrepartie de 10 % des parts dans leur compagnie. Après avoir reçu une première offre rapide de M. Duvernois équivalant à la somme demandée, mais pour 30 % de leur entreprise, les associés se sont finalement entendus pour céder 25 % en échange de 30 000 $. La présidente de Prana appuie également le duo.

« Pour nous, c’est plus qu’une question d’argent. On n’aurait pas accepté une offre comme celle-là de n’importe qui. Les deux dragons sont nos idoles. On veut avoir le même type de parcours qu’eux parce qu’on voit qu’ils ont un impact positif dans la communauté. »

Au cours des prochains mois, Bon Vivant compte développer de nouveaux produits, notamment des boissons végétales et une tartinade au chocolat. « Et on aura deux excellents mentors pour nous épauler », lance Darko.