Le maire de Bolton-Ouest, Jacques Drolet, est fier que la municipalité soit la deuxième au Québec à obtenir la certification­ ville amie des abeilles.

Bolton-Ouest, première ville amie des abeilles

Les efforts de la communauté de Bolton-Ouest en matière d’environnement ont récemment été récompensés. La municipalité est devenue la première municipalité au Québec à obtenir sa certification ville amie des abeilles de Bee City Canada, un organisme voué à la protection des pollinisateurs au pays.

« C’est une vitrine pour dire qu’on fait attention à nos pollinisateurs directement et que nous avons adopté notre règlement pour éliminer les néonicotinoïdes ici, indique avec fierté Jacques Drolet, le maire de la municipalité qui compte 1100 citoyens. Si les pollinisateurs sont protégés, nos oiseaux le sont également et on a une meilleure faune de ce côté-là. Les chauves-souris qui étaient disparues sont revenues et les martinets ramoneurs, on les voit maintenant ! »

Bolton-Ouest devient ainsi la première municipalité québécoise — l’arrondissement Saint-Laurent, à Montréal, était déjà certifié — à être affiliée à Bee City Canada et parmi les 29 au pays. « Notre fierté, c’est nos aires de conservation, nos montagnes, nos paysages et les gens qui travaillent en coopération. Il y a une vitalité qui s’installe et qui est plaisante à voir », estime M. Drolet.

Cette affiliation avec l’organisme canadien découle justement d’une démarche amorcée en 2015 lorsque la municipalité s’est dotée d’un plan stratégique avec l’objectif ultime de préserver le caractère rural de son territoire et protéger les paysages, explique le maire.

« Il y a des gens avec des moyens assez grands qui achetaient des grandes fermes et avaient tendance à les laisser pousser en friche et ce n’est pas ce qu’on souhaitait. »

L’idée de créer un regroupement composé de ces propriétaires a été lancée dans le but que ces terres en friches soient cultivées et de façon biologique. « C’est numéro un chez nous, dit le maire, à propos des cultures biologiques. On voulait qu’ils puissent aménager leur terrain pour essayer de cultiver quelque chose pour garder l’agriculture en marche, même si l’on savait que la qualité ne permettrait pas, à priori, d’avoir une agriculture commerciale qui soit vraiment rentable. »

Au départ, deux personnes se sont jointes au collectif mis sur pied dans le cadre d’un projet soutenu par le pacte rural de la MRC Brome-Missisquoi. Aujourd’hui, il compte 25 membres. Certains se sont lancés dans la culture des légumes, d’autres dans le foin ou encore en foresterie. La plupart n’ayant peu ou pas de connaissance en la matière, ils ont dû effectuer des recherches et se renseigner avant de se lancer. « Et ils réussissent très bien », souligne le maire.

Miel et apithérapie

Parmi ces citoyens, Nathalie Lanteigne et son conjoint Syed Mohamed ont opté pour l’apiculture et fondé leur entreprise Apiculture WB gold. « Notre entreprise est pour le miel, mais aussi beaucoup pour les produits d’apithérapie, explique Mme Lanteigne. On loue également des ruches à des citoyens et elles sont dans de magnifiques jardins. On les aide et ils travaillent les ruches avec nous. On leur apprend ce qu’on fait et ils peuvent ensuite avoir leur propre ruche. »

La somme de toutes ces actions mises en place a permis à Bolton-Ouest de répondre aux critères évalués par Bee City Canada. « On aide beaucoup les pollinisateurs. Le fait que tout le collectif prend soin de l’environnement a aussi été analysé par eux, mentionne l’apicultrice. Bee City va nous offrir une plus grosse porte pour montrer tous les projets écoresponsables qu’on fait ici, dans la communauté, et comment on est capable de s’entraider. »

D’autres initiatives pourraient bientôt voir le jour, a laissé entendre le maire. « Ils ont même créé un module de recherche et de développement pour voir ce qui peut être fait, dit-il. C’est stimulant à la municipalité de voir que ces gens-là s’impliquent de cette façon. »