Le cours de la vie de René Barber aurait pu prendre un autre tournant, le 11 décembre­, lorsqu’il a fait une chute sur une piste de ski, à Bromont. Son casque l’a certainement sauvé.

Blessé lors d'une descente en planche à neige: son casque n’était pas superflu

La vie de René Barber aurait pu basculer, le 11 décembre, s’il n’avait pas porté de casque. On pourrait croire qu’il est né avec une planche au bout des pieds tellement il pratique ce sport avec aisance. Malgré cela, il est violemment tombé sur une piste de Bromont de catégorie difficile.

« L’impact a l’air d’avoir été assez intense. Si le casque ne m’a pas sauvé la vie, c’est sûr que ça m’a sauvé de quelque chose, croit le planchiste de Saint-Jean-sur-Richelieu. Ça aurait été bien pire si je n’avais pas eu de casque. »

« Il n’y a personne qui sait ce qui s’est passé, raconte sa conjointe Alexe Trudeau. On était seuls dans la piste. Je ne suis pas habituée de faire les pistes noires, donc il m’a dit de passer devant lui pour qu’il puisse me checker. Mais c’est lui qui était dans le trouble. Je me suis retournée à un moment donné et il était au milieu de la piste. Il n’y avait pas d’arbre. »

Il était inconscient et ne répondait pas à ses cris. Mme Trudeau voyait des bouts de son casque, qui couvrait tout son visage, dans la piste et a tout de suite cru que l’accident pouvait être grave. Des skieurs leur ont porté secours et des secouristes ont été appelés à l’aide.

« Je l’ai vu à terre, il y avait du sang dans la neige, il était assez magané, se souvient-elle. Il commençait à se réveiller, il était capable de dire son nom, mais pas son âge et il ne me reconnaissait pas du tout. C’était assez traumatisant. »

Elle est descendue à la clinique pour attendre que les secouristes l’amènent à une ambulance. C’est là qu’elle a réfléchi aux conséquences possibles de l’accident et s’est demandé s’il allait pouvoir marcher de nouveau et se souviendrait d’elle et des enfants.

Le couple a un enfant et M. Barber est beau-père de deux autres enfants.

Quelques jours plus tard, il va bien, assure-t-il. Mais il ne se rappelle pas de ce qui s’est passé. « J’ai une commotion cérébrale, une cheville foulée et le visage magané. Je me rétablis très bien. On devrait retourner en planche à neige dans pas trop long. »

Il a déjà hâte de retourner sur les pistes et, puisqu’il n’a aucun souvenir de l’accident, il ne croit pas avoir de syndrome de stress post-traumatique.

Un message viral

Sur sa page Facebook, Alexe Trudeau a publié deux photos de son amoureux avec le visage tuméfié, accompagnées d’un message de prévention, le 12 décembre. Elle invite les gens à y penser à deux fois avant de descendre une piste de ski sans que leur tête soit protégée par un casque.

Dimanche, sa publication avait été partagée plus de 9000 fois et elle a été commentée à plus de 1400 reprises.

« Je trouve ça fantastique, je ne pensais vraiment pas que ça allait avoir une portée aussi incroyable que ça, commente-t-elle. Je pense que le message passe et je suis vraiment contente que ça se transmette partout au Québec. »

René Barber lance aussi le même appel. « C’est très important, surtout si les gens ont des personnes à qui ils tiennent. C’est un must de porter un casque. On ne sait jamais ce qui peut arriver et quand ça peut arriver. »

Cet accessoire continuera de faire partie de leur équipement de planche à neige cet hiver à Bromont, où le couple se rend régulièrement.