Le premier Rendez-vous Fest se tenait vendredi et samedi à Cowansville. Environ 1000 personnes y ont dégusté bières, nourriture et alcools forts et assisté aux spectacles.

Bière et musique à Cowansville

Un millier de personnes ont dégusté bières de microbrasserie et alcools forts de distillateurs québécois à l'occasion du premier Rendez-vous Fest de Cowansville. L'événement se déroulait vendredi soir et samedi et était agrémenté de spectacles musicaux, pour le plus grand plaisir des festivaliers.
« C'est la première édition, on ne savait pas à quoi s'attendre. Tous les exposants sont contents », a indiqué en entrevue samedi Keyvin Corbin, qui organisait le Rendez-­vous avec sa conjointe, Valérie Tremblay.
Seize exposants s'étaient installés près de la gloriette du parc Davignon­. En plus de microbrasseries­ de la région, comme Farnham Ale & Lager, la Brasserie Dunham et L'Auberge Sutton­ Brouërie, et d'autres provenant d'ailleus au Québec, trois restaurateurs de la région et deux distilleries faisaient partie de la fête. On pouvait même y trouver du kombucha­ régulier ou alcoolisé. 
« Ça fait trois ans qu'on n'a pas de Musique en vue. Je ne veux pas le remplacer, mais il manque de quoi à Cowansville », affirme M. Corbin­. Avec ce rendez-vous festif, il a voulu­ faire sortir les Cowansvillois.
Il était donc possible de déguster des produits du Québec en écoutant des artistes d'ici, comme Édouard Lagacé, Caravane et Rosa Laricchita, finaliste de La Voix 2015 et choriste pour Éric Lapointe.
« Une bonne idée, c'est le band dans le pavillon », soulève Noémie Bellemare, gérante des Brasseurs au coeur du Saint-Laurent. Pour éviter les temps morts, les artistes jouaient sur la scène principale ou dans la gloriette, en alternance.
Moins de visiteurs, plus de temps
Le site pouvait accueillir plus d'un millier de visiteurs, mais ce sont finalement 500 festivaliers qui sont venus profiter­ de l'événement chaque jour. 
Les exposants ont tout de même réussi à rembourser leurs frais de participation au festival avec les ventes de la première soirée, observe M. Corbin. 
D'un autre côté, en ayant un peu moins de dégustateurs, les exposants bénéficiaient d'un temps de qualité avec les consom­mateurs, souligne pour sa part Sonia Raymond­, co­propriétaire avec son conjoint Carl Berthiaume­ du Domaine Berthiaume­. « On a le temps de parler­ aux clients. L'ambiance­ est le fun ! »
« Le ratio de brasseries et de clients est bien équilibré, renchérit M. Berthiaume­. Il y a du monde partout et l'organisation a bien fait sa job. »
Pour Sébastien Brault, qui représentait la Brasserie­ Dunham­, les gens étaient intéressés par la bière, et les microbrasseries se complétaient bien. La camaraderie­ entre elles était bien présente. 
Stéphane Ruffo, cofondateur des Subversifs, faisait déguster ses gins et son whisky à faire vieillir chez soi. « Mon partner dit que vendredi, c'était super. C'est sûr que c'est moins achalandé que les gros événements, mais ça commence. Ça ne peut que grossir ! »
Les produits de la microbrasserie Goudale étaient de ceux à découvrir. Ils ont tellement plu que le brasseur Dave Therrien songe à trouver un point de vente pour ses bières à Cowansville.
Avantageux pour les exposants
Financièrement, la formule pour les exposants était différente de celle retenue dans plusieurs festivals­ similaires.
Noémie Bellemare ne s'en plaignait pas. « C'est rare, un festival où tous nos profits vont dans nos poches, disait la gérante des Brasseurs­ au coeur du Saint-Laurent, alors que la journée de samedi ne faisait que commencer. Souvent, c'est 50/50. Et on ne fait jamais de pourboire parce que c'est une carte de points. Pas ici. Vendredi­, ç'a été une bonne soirée. »
Le Rendez-vous Fest a été financé par les organisateurs, avec l'aide de la Ville de Cowansville pour le site, l'électricité et certains équipements, ainsi que de commanditaires.
Y aura-t-il une deuxième édition ? « Sûrement », répond Keyvin Corbin.