Bertrand Derome était particulièrement fier de poser avec sa médaille aux côtés du directeur général de L’Itinéraire, Luc Desjardins, et du député de Granby, François Bonnardel­.

Bertrand Derome honoré

Bertrand Derome a eu toute une surprise lundi après-midi. Alors qu’il croyait simplement venir faire un tour au Partage Notre-Dame, le camelot bien connu dans la région s’est vu remettre la médaille de l’Assemblée nationale des mains du député de Granby, François Bonnardel. Une distinction rare accordée uniquement à des citoyens ayant un parcours hors de l’ordinaire.

« Je ne le réalise pas encore ! », s’exclamait Bertrand Derome quelques instants après avoir reçu sa médaille.

Il faut dire que celui qui est souvent appelé affectueusement « Monsieur Sutton » revient de loin. Des années d’itinérance, de consommation de drogues dures, de multiples thérapies et de larcins qui l’ont mené derrière les barreaux.

Mauvais choix
« Comme plusieurs, il a fait des mauvais choix à l’adolescence », expliquait le député de Granby, François Bonnardel au début de son allocution.

« Bertrand, ça fera bientôt 10 ans que tu es sobre, 10 ans que tu as quitté la grande ville pour Sutton, 10 ans que tu travailles sur ta réhabilitation et sur toi-même. C’est à mon tour aujourd’hui de reconnaître ce que tu as fait pour devenir ce citoyen hors de l’ordinaire que tu es devenu. Je suis fier aujourd’hui de te remettre la médaille de l’Assemblée nationale pour tout ce que tu as fait », a poursuivi le député de Granby.

Bertrand Derome est bien connu dans la région pour son travail de camelot du magazine communautaire L’Itinéraire depuis 2010, à Sutton, d’où son surnom « Monsieur Sutton ».

En 2015, la Ville de Granby a adapté sa règlementation afin de lui permettre de vendre des exemplaires du journal sur son territoire. « C’est pour toi qu’on a fait ça ! » lance le conseiller du district 7, Robert Riel. « L’objectif était de sensibiliser la population que même à Granby, certaines personnes n’ont pas de toit et ont de la difficulté à remplir leur frigo », se rappelle le conseiller. Depuis, le camelot distribue régulièrement des copies du magazine à l’entrée de Metro Plouffe situé rue Principale.

Fierté
« Ce que Bertrand a reçu aujourd’hui, c’est le fruit de toutes les fois où on n’a pas dormi, quand il faisait -20 degrés et qu’il était dans la rue le soir », a lancé la mère de Bertrand, Colette Derome. Son mari est resté quelques instants à discuter avec le député : « Les intervenants lui disaient que jamais il n’allait réussir à se sortir de la rue ! », se rappelle Yvon Derome, la fierté dans la voix.

« Comme mes parents me disaient, pour tout ce que j’ai pu faire de négatif, aujourd’hui je fais de grandes choses ! » expliquait Bertrand Derome qui a également tenu à remercier la coordonnatrice du Partage Notre-Dame, Julie Rivet, ainsi que Nicolas Luppens, coordonnateur du Groupe actions solutions pauvreté (GASP).

Le camelot ne semblait que très peu affecté par l’honneur. Il souhaitait surtout partager ses idées pour continuer à développer le journal à l’extérieur des centres urbains avec le directeur général de L’Itinéraire, Luc Desjardins.

« Quand mon fils était dans la rue, je lui disais que s’il arrivait à canaliser ses idées vers le positif, il serait riche », avance son père. S’il ne roule pas sur l’or, Bertrand Derome est devenu un exemple de réussite.