Vendredi, Johannie Maynard et Josée Larose (à droite) ont remis le fruit de leur labeur à Alexandra Jetté et Abygaelle.

Belle récolte pour Alexandra et Abygaelle

Le projet Des tomates pour elles aura pleinement porté ses fruits. Mise sur pied à la mi-avril, l'initiative de Johannie Maynard et de sa mère Josée Larose a permis d'amasser 8000 $ pour venir en aide à Alexandra Jetté et la petite Abygaelle, qui aura un an d'ici quelques jours.
Les premiers mois de la vie d'Abygaelle ont chevauché les derniers de celle de son père, dont elle est le portrait tout craché.
Vendredi, mère et fille ont remis le fruit de leur labeur - soit un montant de 7943 $ bonifié par un don de dernière minute pour atteindre la rondelette somme -, à la principale intéressée, qui n'a pu contenir ses émotions lors du grand dévoilement ayant eu lieu au Roi de la Fraise, à Saint-Paul-d'Abbotsford.
« Vous êtes fous ! » a-t-elle lancé avant de fondre en larmes, rapidement enlacée par son amie d'enfance.
« Tu t'es donnée à 100 % avec Vincent, maintenant, c'est à ton tour de te gâter. Tu le mérites », lui a glissé Mme Maynard.
Rappelons que le mari d'Alexandra­, Vincent Martin, est décédé le 1er avril dernier après avoir perdu un long combat contre un cancer du cerveau.
Malgré la maladie, le couple a pu unir leurs destinées et vivre ensemble la naissance d'Abygaelle, dont les premiers mois de vie ont chevauché les derniers de celle de son père. 
Mme Jetté a d'ailleurs prolongé son congé de maternité pour accompagner son conjoint jusqu'à la toute fin. Or, sa demande pour bénéficier de prestations de compassion a été refusée et les dépenses contractées par la situation ont tôt fait d'éroder les économies de la famille.
Coup de pouce
C'est tout naturellement que Mme Maynard a souhaité amasser des fonds pour aider son amie à traverser cette épreuve, épaulée par sa mère Josée Larose.
Le duo a pu compter sur un fier coup de pouce de la part de la coop Unifrontières et de la coop des Montérégiennes­, qui lui ont respectivement offert les semences de tomates et les ballots de terres nécessaires à la concrétisation de leur projet.
Avec la mère et la soeur d'Alexandra­, Carole et Véronique Jetté, elles ont mis en terre les plants et veillé à leur distribution.
Générosité
Toutes ont été soufflées par la générosité du public, interpellé par la cause, et ce, bien au-delà des limites de la région. Des tomates ont notamment pris la route vers Lac-Mégantic et d'autres, vers Québec.
Moins de deux semaines après le lancement de Des tomates pour elles, déjà 600 plants avaient été réservés pour la bonne cause. Au terme du projet, ce sont quelque 1270 plants qui ont trouvé preneur, sans compter les dons reçus, les bons d'épicerie et des chèques-cadeaux de restaurants. 
« Il y a des gens qui donnaient 50 $ pour un plan, ou une dame qui a fait un don de 140 $, souligne Véronique­. On leur demandait : "Êtes-vous sûrs ? Voulez-vous un peu de change ? " Et les gens disaient non, c'est un don. »
« Notre publication sur Facebook­ a été vue et partagée plus de 37 000 fois, indique Mme Maynard, qui n'espérait amasser que 3000 $, voire 5000 $ avec beaucoup de chance. Et à lire les messages que les gens nous écrivaient, on a vu que la bonté existe encore. »
Une vague d'amour qui fait du bien, mais qui est difficile à accueillir après s'être oubliée pendant si longtemps, confie Alexandra Jetté.
« Quand tu es habituée à tout donner, à aider, c'est difficile de recevoir et de se laisser aider », note la jeune maman, tenant son poupon souriant, le portrait tout craché de son père.