Bell assure respecter les règles sur le remplacement de poteaux

Le remplacement de poteaux jugés désuets est un long procédé impliquant plusieurs intervenants et étapes. Bell respecte ce processus établi par la Commission de radiodiffusion et de télécommunications canadiennes (CRTC), assure une représentante de l’entreprise.

ITR Telecom demande à Bell d’utiliser près de 5000 de ses poteaux dans la MRC Brome-Missisquoi pour fixer de la fibre optique. Plusieurs demandes, chacune concernant 150 à 200 poteaux, ont été déposées cet automne auprès du géant des communications. Or, entre 3 et 4 % des poteaux, selon ITR Telecom, devront être remplacés puisqu’ils ne peuvent accueillir d’autres équipements, notamment en raison de leur désuétude.

La direction de l’organisme sans but lucratif souhaite que leur remplacement ne prenne pas 22 mois, soit le délai vécu dans la MRC voisine du Haut-Richelieu ces deux dernières années. De tels délais pourraient nuire à ses préparatifs et entraîner des dépassements à l’échéancier prévu des travaux, a dit craindre en entrevue jeudi le directeur général d’ITR Telecom, Patrick Bonvouloir.

En réponse aux questions de La Voix de l’Est, Bell assure respecter la réglementation en vigueur du CRTC concernant l’accès aux poteaux. « Les candidats qui demandent l’accès aux poteaux doivent soumettre des informations détaillées sur le type d’installation qu’ils proposent. Comme de nombreux poteaux sont partagés avec des entreprises de services publics et d’autres fournisseurs de services, des analyses complètes doivent être effectuées afin de garantir qu’un poteau puisse supporter de l’équipement supplémentaire. Dans de nombreux cas, les poteaux doivent être renforcés ou même remplacés pour accueillir de nouveaux équipements [...] », écrit dans un courriel Caroline Audet, gestionnaire principale, relations avec les médias chez Bell.

Mme Audet confirme que son entreprise a reçu les demandes de IHR Telecom pour déployer son réseau filaire dans l’ensemble de la MRC Brome-Missisquoi. Elles sont en traitement, dit-elle.

22 mois

Quant à la question sur le fond, à savoir si les 22 mois nécessaires à remplacer un poteau dans la MRC du Haut-Richelieu représentent un délai habituel, Mme Audet a répondu que l’entreprise ne commente pas de situation en particulier. « Chaque situation est unique et peut être influencée par plusieurs facteurs », selon elle, énumérant la conception technique, la complexité du projet et l’obtention du consentement de toutes les parties impliquées.