Bedford: une centrale de 10 mégawatts dans les cartons

Le projet de production d'électricité à partir de biomasse forestière résiduelle se précise à Bedford. Une proposition sera présentée sous peu à Hydro-Québec pour la construction d'une usine de 10 mégawatts. C'est un projet de 35 millions de dollars qui devraient créer une dizaine d'emplois.
Les promoteurs du projet proposent de produire de l'électricité en incinérant par pyrolyse du bois traité chimiquement. C'est un procédé de décomposition thermique de matières organiques en l'absence d'oxygène, explique Michel Larocque, ingénieur responsable du projet. Il s'agit d'une technologie véritablement verte, précise-t-il. «Ça ne produit aucun gaz à effet de serre, aucune émanation.»
En plus de l'électricité générée, le procédé par pyrolyse permettra de produire de la vapeur. Le programme d'Hydro-Québec de cogénération de biomasse, celui visé par les promoteurs, exige que les usines de biomasse produisent au moins 15% de vapeur, dit M. Larocque.
Le site où l'usine de cogénération devrait être construite a déjà été identifié. Il se trouve à côté de l'usine Bonduelle, dans la rue Kemp. Le choix de l'emplacement n'a rien de fortuit. Des discussions sont en cours avec la direction de Bonduelle pour qu'elle utilise la vapeur générée par l'usine. L'entreprise agroalimentaire l'inclurait dans son processus de préparation de ses légumes, dit M. Larocque.
Tous les détails dans notre édition de samedi